Aller au contenu principal

Sécheresse
Un plan sécheresse qui laisse les éleveurs sur leur faim

L’annonce par Nicolas Sarkozy d’un plan sécheresse pour les éleveurs, ce 9 juin, ne les a pas complètement rassurés. C’est en tout cas le sentiment de ceux qui participaient à la clôture du 45e congrès des JA, dans l’Aveyron.

Charente Libre
Charente Libre
© DR

«Je ne crois pas au Canadair qui déverse une tonne d’eau et tout en est fini de la sécheresse », a lancé, le 9 juin, Bruno Le Maire, le ministre de l’Agriculture venu assurer le service après-vente du plan sécheresse annoncé par Nicolas Sarkozy, quelques heures avant en Charente. Le ministre qui s’exprimait en clôture du 45e congrès des JA à Rodez a plaidé pour une gestion de cette crise avec « sang-froid et méthode ». Fraîchement accueilli par les 600 congressistes, et malgré un « échange rugueux » avec les syndicalistes, selon ses termes, il est parvenu à faire applaudir certains points du plan Sarkozy. Soulager la trésorerie des éleveurs passe par un report d’un an des échéances de prêts contractés au titre du plan de soutien exceptionnel annoncé par le chef de l’Etat en pleine crise agricole de 2009. « Si on continue à reporter les prêts, on va tous aller à la faillite », a lancé le président des JA de l’Aveyron, Bruno Montourcy. Pour le président des JA, Jean-Michel Schaeffer, « il ne faut pas des prêts mais donner une bouffée d’air aux éleveurs ».

Lire en page 3 d'Agri79

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
S’employer chaque jour à faire avancer le projet
Le projet de stockage d’eau à des fins agricoles sur le bassin de la Sèvre niortaise entre dans sa phase de concrétisation. Alors…
Publicité