Aller au contenu principal

Un prix du blé qui progresse… mais en dollars

En tant que directeur de Centre Ouest Céréales, François Pignolet surveille avec attention le marché. La parité euro-dollar et les importations de biodiesel sont de nouvelles contraintes.

À la fin de l’année 2016, les cours du dollar et de l’euro étaient quasiment similaires. Depuis, l’écart n’a cessé de se creuser. À présent, 1 euro équivaut à 1,24 dollar.
À la fin de l’année 2016, les cours du dollar et de l’euro étaient quasiment similaires. Depuis, l’écart n’a cessé de se creuser. À présent, 1 euro équivaut à 1,24 dollar.
© N.C.

Comment se comportent les marchés des céréales actuellement ?
En 2017, le bilan mondial était très lourd, avec une production record qui a conduit à des prix très bas. Actuellement, les informations disponibles, notamment d’ordre météorologique (sécheresse, froid, excès d’eau), nous laissent aborder la récolte 2018 avec un soupçon d’optimisme sur les prix. En effet, la production mondiale devrait s’infléchir légèrement. En Amérique du Sud, en Australie, la météo n’a pas été favorable à une production record. Ce n’est malheureusement pas encore le cas pour la Mer Noire, la récolte y est encore attendue très bonne.

Cela devrait donc aboutir à une hausse des prix ?
Oui, bien sûr, même si tout ceci n’est pas confirmé, et les prix ont déjà commencé à monter. C’est invisible dans les pays européens, mais les dernières affaires sur l’Égypte ont été traitées à 220, cela fait rêver… malheureusement il s’agit de 220 dollars par tonne. Avec un euro à parité, cela pourrait rendre le sourire à nos agriculteurs, mais avec un euro fort à 1,24 $, cela fait seulement 177 €/t, prêt à charger sur un bateau (fob). Le blé monte bien, mais la hausse de l’euro fait plus que compenser le mouvement.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Confinement ou pâturage, concertation ou carnage ?

"À l’heure où les défenseurs du bien-être animal et les écologistes demandent l’interdiction de l’élevage en intérieur, la…

S’installer… quand on est prêt
Tondeur de moutons, Alexandre Sarrazin a hésité à s’installer pendant plusieurs années avant de franchir le pas à l’âge de 31 ans…
L’agriculture victime de pirates informatiques
La chambre d'agriculture des Deux-Sèvres victime d'une cyberattaque qui touche plus largement la région Nouvelle-Aquitaine et…
Attestation permanente exploitant agricole
La Fnsea et JA 79 ont obtenu la validation de l’attestation permanente spéciale exploitant agricole par le préfet des Deux-Sèvres…
Pâtures & Papilles veut régaler les consommateurs
Quatre élevages du secteur de Parthenay planchent sur l’élaboration d’un nouveau label basé sur un engraissement 100% herbager.…
Les exploitants agricoles, piliers des sapeurs-pompiers volontaires
Parce qu’il doit assurer l’avenir, le service départemental d’incendie et de secours (Sdis 79) est à la recherche de volontaires…
Publicité