Aller au contenu principal
Font Size

Un système laitier pour pâturer par tous les temps

Pour répondre aux nouveaux enjeux climatiques, l’Inra a travaillé sur un système laitier dénommé OasYs dans le but de produire du lait avec peu d’intrants.

Les prairies multi-espèces pourront servir de ressources fourragères complémentaires durant les périodes délicates.
Les prairies multi-espèces pourront servir de ressources fourragères complémentaires durant les périodes délicates.
© N.C.

Le système laitier mis en place par l’Inra repose sur du pâturage tout au long de l’année mais cette pratique, bien qu’économe en eau et en énergie fossile, est très dépendante des conditions climatiques. Pour pouvoir pâturer tout au long de l’année et ce quels que soient les aléas climatiques, il est nécessaire de diversifier les prairies et les cultures annuelles. Ce système est à l’étude depuis juin 2013 à l’unité expérimentale fourrages, environnement, ruminants de l’Inra de Lusignan (Vienne).
Les prairies sont composées d’associations comportant des graminées (ray grass anglais ou hybride, dactyle, fétuque…), des légumineuses pour faire entrer de l’azote dans le système (trèfle blanc, luzerne, lotier…) et des plantes à tanins (chicorée…). La diversification passe à la fois par des prairies multispécifiques (diversité intra-parcellaire), mais aussi par la présence sur l’exploitation de plusieurs types de prairies qui sont différents par leur précocité ou leur aptitude à pousser en été ou en hiver. Par exemple, les prairies à base de chicorée, trèfle blanc, fétuque et dactyle peuvent être pâturées une partie de l’été ou lors de printemps sec.

Sécuriser le système fourrager
L’assemblage par l’éleveur de ces diverses prairies permet de composer un ensemble fourrager en fonction des conditions climatiques de l’année en cours.
Les cultures annuelles ou les inter-cultures ont pour vocation de fournir un fourrage à pâturer l’été ou l’hiver, lorsque les prairies ne produisent plus ou peu. L’Inra a ainsi fait pâturer l’hiver dernier des betteraves fourragères, et pour cet été, du millet associé à du trèfle violet, des colzas fourragers et des associations ray grass d’Italie - trèfle incarnat.

Plus d'infos dans le journal Agri 79 du 5 août 2016

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Les glaces, une diversification rafraichissante et 100% locale
Depuis 15 ans, les 115 vaches du troupeau de la Roche laitière, à Brûlain, sont à l’origine d’une gamme de glaces vendues dans…
Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité