Aller au contenu principal

Billet
Une agence internationale d’évaluation des risques

© Agri 79 Info

La santé et la biodiversité ont leurs raisons que le commerce ne connaît point. Le récent abandon par la Thaïlande de son projet d’interdiction du glyphosate, du chlorpyrifos et du paraquat est, sur ce point, édifiant.

L’UE est particulièrement concernée par cet antagonisme, elle dont les normes sanitaires et environnementales sont réputées les plus strictes mais qui souhaite ouvrir ses marchés. Pour concilier ces deux objectifs, plusieurs pistes sont sur la table comme la réforme du Codex alimentarius portée par la France.

Nous pouvons en proposer une nouvelle : une agence internationale d’évaluation des risques (sanitaires et environnementaux), l’équivalent de l’Efsa au niveau mondial. Les bénéfices sont évidents : à tort ou à raison, les agences nationales sont accusées d’être dans les mains des intérêts nationaux. Par la diversité plus grande des intérêts, une agence internationale serait, de fait, plus indépendante pour une molécule donnée.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
La vente de taureaux des Sicaudières se tiendra en présentiel et en ligne
Le 12 mars, la station d’évaluation du lycée agricole de Bressuire proposera 35 taureaux à la vente. Dernière vente de charolais…
Publicité