Aller au contenu principal

Une filière qui doit son salut à son organisation

Dix ans, six éditions. Le salon Capr’Inov contribue tous les deux ans à renforcer l’image de filière d’excellence qu’est la filière caprine. Dès l’ouverture, mercredi 23 novembre, les visiteurs étaient au rendez-vous. 15% d’entre eux étaient des étrangers.

La délégation officielle lors de l’inauguration de passage sur le stand Beurre Charentes-Poitou AOP.
La délégation officielle lors de l’inauguration de passage sur le stand Beurre Charentes-Poitou AOP.
© C.P.

L’engagement discret et non moins efficace des bénévoles dans l’organisation du salon Capr’Inov est à l’image de ce que sont ces éleveurs. Leur dévouement collectif est tel que tous les deux ans, Niort perd son statut de « capitale des mutuelles pour devenir le point de ralliement mondial de la filière caprine », dixit Thierry Jayat, président de l’événement. Mercredi 23 novembre, au parc des expositions de Niort Noron, la planète chèvres leur rendait hommage. Avec sincérité mais sans esbroufe. Comme si l’humilité était un trait de caractère commun à tous les éleveurs caprins. Geneviève Barat, vice-présidente de la région Nouvelle-Aquitaine, à travers son allocution au cours de l’inauguration, nous propose d’y croire. « Les éleveurs de chèvres ont conscience de leur fragilité. En conséquence, ils avancent prudemment et ont pour principe de jouer collectifs ». Un fonctionnement auquel ils doivent assurément la bonne santé économique de leur filière. Une réalité que l’élue, également productrice de lait de chèvre en Creuse, préfère évoquer avec discrétion.

Plus d'infos dans le journal Agri 79 du 25 novembre 2016

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Urne, election
Deux-Sèvres : dix candidats pour deux postes de sénateurs
Dans un peu plus de huit jours, les grands électeurs voteront pour élire les deux représentants du département des Deux-Sèvres au…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité