Aller au contenu principal

Grippe porcine
Une grippe nord américaine, des porcs injustement accusés

Aucun lien n’a été établi entre les élevages de porcs et la grippe venue du Mexique injustement appelée grippe porcine qui frappe la population.

L’épidémie de grippe injustement appelée porcine suscite de l’inquiétude dans le monde entier. Selon certaines sources, 1600 personnes dans le monde auraient été contaminées, mais ce bilan a été largement revu à la baisse. L’OMS faisait état de 79 cas de grippe porcine confirmée dans le monde sans préciser le nombre de morts.  En France, les quatre cas suspects se sont révélés négatifs, de simples grippes.  En tout cas, les marchés à terme de céréales et d’oléagineux ont immédiatement réagi. Bien entendu à la baisse, les opérateurs anticipant sur une baisse de consommation de la viande porcine et des échanges de porcs dans le monde et donc des céréales.

De nombreux pays ont pris des mesures de rétorsion vis-à-vis des importations de viande porcine en provenance du Mexique. La Chine a déclaré un embargo à l’encontre des produits de la filière porcine du Mexique et trois Etats des Etats-Unis : Texas, Kansas, Californie. La Russie a élargi son blocus à toutes les importations des espèces animales. Le Japon, le principal client du Mexique, a décidé de mettre en place des contrôles sur les importations d’animaux vivants. Des mesures superfétatoires qui relèvent davantage de la protection commerciale et du souci de rassurer les consommateurs que d’une approche sanitaire objective.

Une contamination d’homme à homme

En effet dans cette affaire, les porcs n’y sont pour rien ! Le virus H1N1 qui circule au Mexique se transmet d’homme à homme par voie respiratoire. Il s’agit d’une nouvelle souche virale issue de la mutation du virus H1N1 d’origine porcine, aviaire et humaine présentant de nouvelles caractéristiques génétiques de contagiosité et de dangerosité pour l’homme. Il a d’ailleurs été découvert dans des populations urbaines qui n’avaient aucun contact avec les élevages. Et aucune information ne fait état d’épizootie de grippe chez le porc dans ce pays. D’ailleurs, ce nouveau virus n’a jamais été isolé sur des porcs, ni au Mexique, ni aux Etats-Unis, ni ailleurs, rappelle l’interprofession porcine, Inaporc

On se trouve face à une épidémie de grippe humaine et c’est à tort que l’on parle de grippe porcine. Il aurait été plus judicieux, dès le départ, d’évoquer l’origine géographique de l’épidémie, une grippe nord américaine ou mexicaine, comme ce fut le cas dans le passé avec la grippe espagnole qui a décimé des millions de personnes en 1918 ou plus récemment la grippe asiatique.

Les instances communautaires ne s’y sont pas trompées. Aucune restriction sur la chaîne alimentaire n’est envisagée. Idem en France. Le ministère de l’Agriculture a envoyé un message rassurant aux préfets pour leur indiquer que la voie de contamination est exclusivement humaine.

Il ne s’agit donc pas d’une crise alimentaire : la consommation de viande de porc ne présente aucun danger pour la santé des consommateurs. La seule recommandation officielle est d’éviter ou de reporter les déplacements au Mexique.


Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
La vente de taureaux des Sicaudières se tiendra en présentiel et en ligne
Le 12 mars, la station d’évaluation du lycée agricole de Bressuire proposera 35 taureaux à la vente. Dernière vente de charolais…
Publicité