Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Activez votre compte numérique

Pour lire les articles dans leur intégralité, vous tenir informé via les newsletters et consulter la version numérique d’Agri79 dès le jeudi,

J’active mon compte numérique.

Lait de chèvre
Une hausse du prix du lait de chèvre jugée insuffisante

Interview de Samuel Hérault, vice-président de la section caprine Fnsea 79, suite à la hausse annoncée de 60 euros par 1000 litres.

Samuel Hérault.
Samuel Hérault.
© N. C.

Le médiateur a communiqué vendredi dernier sur une recommandation pour le prix du lait de chèvre, qu’en pensez-vous ?
Le médiateur a effectivement demandé à ce qu’une hausse de 60 euros/1000 l soit appliquée sur le prix du lait de chèvre. Pour nous, il s’agit d’une bonne avancée. Cette hausse permettrait au producteur de bénéficier d’un prix du lait se rapprochant du niveau de prix nécessaire pour que les producteurs puissent dégager du revenu. Toutefois, ce n’est pas totalement satisfaisant. Au 1er janvier, il nous fallait une hausse de 120 €/1000l pour que les producteurs puissent vivre de leur métier. On s’en rapproche mais on n’y est toujours pas.

Et concernant la mise en application de cette recommandation ?
Je peux vous affirmer qu’on sera très vigilant sur ce point. Les hausses consenties par les GMS auprès des transformateurs devront intégralement revenir au producteur. Ceci est non négociable. Le médiateur annonce que ces hausses devront se traduire par une hausse de 60 euros pour
1000 l aux producteurs. Nous demandons à ce que ce soit effectif. Par ailleurs, cette hausse doit venir s’ajouter aux hausses déjà annoncées depuis le début de l’année par nos transformateurs. Je peux vous assurer qu’on sera intraitable sur ce point. Tous les acteurs doivent jouer le jeu.

Que pensez-vous du délai de mise en place et de la durée sur laquelle s’appliquerait l’accord ?
Concernant le délai, on peut déplorer le fait que la mise en application va se faire trop tardivement compte tenu des difficultés des éleveurs. A ce titre-là, nous demandons à ce que cet accord s’applique sans délai. Il en va de la survie des producteurs. Chaque jour qui passe est un jour de trop. Ce n’est plus tenable. Nous exhortons donc les acteurs de la filière à mettre les bouchées doubles. Enfin, je trouve dommage que cet accord s’applique seulement jusqu’au 28 février 2014. Nous aurions souhaité qu’il ait une durée d’un an.            

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Un entrepreneur français lance une «agence internationale de notation des sols»

L'entrepreneur Quentin Sannié, co-fondateur de Devialet (start-up hi-fi) a annoncé, dans un communiqué le 5 juin, le lancement…

Le département passe à l’acte 2 de son plan de relance
Après un premier plan d’aides annoncé le 21 avril dernier, le Conseil départemental en a entamé un deuxième, doté d’un budget…
Grégory Nivelle, nouveau président de la Fnsea 79 : « Les agriculteurs n’imposent pas un modèle, ils répondent à des attentes »
Mardi 9 juin, la nouvelle équipe de la FNSEA 79 a élu Grégory Nivelle président. L’éleveur laitier du sud Deux-Sèvres succède à l…
Quand l’installation tient à un permis de construire
Au Gaec Lactagri, à Aiffres, la relève est presque assurée : deux porteurs de projet sont dans l’attente de la construction d’un…
Guillaume Largeaud, attaché au Marais... et à faire bouger les lignes
Son passage à Top Chef Les grands duels, le 10 juin, nous a laissé sur notre faim. Portrait d’un éleveur convaincu que la…
Un cheptel en légère hausse
Thierry Baudouin raccroche après quatorze ans de présidence. Catherine Gallard et Emmanuel Turpeau prennent le relais avec de…
Publicité