Aller au contenu principal

Revenu
Une hausse qui masque une dégradation continue du revenu

La hausse nationale ne correspond pas du tout à l’évolution du revenu qui sera celui des agriculteurs des Deux-Sèvres, a calculé la FDSEA. Elle s’en est expliquée avec la préfète, Christiane Barret.

Pour Alain Chabauty, Sylvie Macheteau et Patrice Coutin, « l’élevage s’enfonce dans la crise », avec une hausse attendue du prix de l’aliment au 1er trimestre 2011.
Pour Alain Chabauty, Sylvie Macheteau et Patrice Coutin, « l’élevage s’enfonce dans la crise », avec une hausse attendue du prix de l’aliment au 1er trimestre 2011.
© DR

«Les agriculteurs des Deux-Sèvres ne se retrouvent pas du tout dans la hausse de 66% du revenu. » Patrice Coutin, président de la FDSEA, a commenté en ces termes les chiffres de 2010, concernant l’agriculture française. Accompagné de Sylvie Macheteau, secrétaire générale et d’Alain Chabauty, secrétaire général adjoint, il s’en est expliqué lundi avec Christiane Barret, préfète du département.Cette évolution fait suite à deux années de baisse (-23% en 2008 et -30% en 2009). Le revenu des agriculteurs reste ainsi inférieur de 11% à son niveau de 2007. Patrice Coutin a regretté que cette augmentation ne tienne pas compte de la sécheresse du printemps et de l’été ni de la décapitalisation du cheptel. Et Alain Chabauty de souligner que les fourrages et pailles stockés ont dû être évalués à un niveau plus élevé cette année compte tenu de la forte demande pour faire face au déficit de fourrage. Les délégués syndicaux ont demandé une année blanche pour tous ceux qui sont confrontés à des difficultés de trésorerie pour les annuités de prêts.« Nous sommes sur une baisse de 5% du revenu sur les cinq dernières années », complétait Patrice Coutin qui déplore la volatilité des prix et le retard de 10% à 15% du revenu des agriculteurs, par rapport aux autres catégories socioprofessionnelles. Il expliquait que l’élevage est toujours en crise, et qu’il faut que les agriculteurs retrouvent de la valeur ajoutée. « Tant que l’observatoire des prix et des marges ne sera pas opérationnel, nous n’aurons pas la lisibilité dont nous avons besoin », poursuivait Alain Chabauty.
Indemnisation simpleet rapideLa FDSEA devait redire à Christiane Barret qu’elle regrette la modification par l’administration départementale des taux de pertes relatives au dossier calamités. « Je suis persuadé que la commission nationale aurait validé ce que le comité départemental d’expertise avait retenu », précisait Patrice Coutin (lire Agri 79 du 17 décembre). Il demande que la procédure d’indemnisation soit « simple et rapide », pour les 6,3 millions d’euros obtenus.La FDSEA met en garde contre les risques pour le département de perdre une grande partie du zonage défavorisé actuel. Elle demande son maintien en particulier pour l’élevage herbivore. Son argumentaire prend en compte les demandes régulières de procédures calamité  sécheresse compte tenu des caractéristiques pédoclimatiques de la zone concernée.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Étang de Beaurepaire : la digue fermée à la circulation complique le quotidien
La fermeture de la route qui traverse l’étang de Beaurepaire oblige à faire un détour de 10 kilomètres. Les fonds pour mener les…
Attention au risque incendie

Depuis l’incendie d’un hangar à St Martin de Bernegoue le 10 avril, quatre nouveaux sinistres ont été enregistrés dans…

Flavien, éleveur de chèvres : « Les rencontres ont fait mûrir mon projet »
Déterminé depuis l’enfance à devenir agriculteur, Flavien Favre a bâti pas à pas son projet. Sa formation et ses expériences sur…
Les jeunes agriculteurs organisent un repas 100% local
Moteurs de la vie rurale, les Jeunes agriculteurs vont proposer aux Deux-Sévriens un repas complet, le samedi 1er mai…
Quand les haies chauffent le plancher des poules
A la faveur de l’installation d’un jeune agriculteur, en mai 2020, le Gaec Baulieu, à Echiré, a investi dans de nouveaux…
À la découverte de la petite Toscane argentonnaise
Loin de la plaine du sud, à équidistance de Bressuire et de Thouars, le village d’Argenton-les-Vallées se tient entre deux rives…
Publicité