Aller au contenu principal

Exposition
Une pluie d’archives sur l’eau à travers les siècles

Les Archives départementales accueillent, jusqu’au 30 avril, l’exposition « A la conquête de l’eau » ou le rapport de l’homme à l’eau au fil du temps.

« Jadis, l’eau était la propriété du roi », précise Pascal Ravard.
« Jadis, l’eau était la propriété du roi », précise Pascal Ravard.
© DR

Al’image de la rivière qui déborde de son lit, les archives sont sorties de leur tiroir pour s’exposer   et décharger leur flot d’informations sur l’eau au gré des époques. « Le fil conducteur de l’exposition est le rapport de l’homme à l’eau à travers les siècles », souligne Pascal Ravard, responsable en partie de la scénographie. Un rapport pétri de méandres tantôt harmonieux tantôt dévastateurs décrits par l’exposition « A la conquête de l’eau » aux Archives départementales. 

Amie ou ennemie

L’eau ennemie, quand elle emporte tout sur son passage. Si bien que l’homme tente de la canaliser, comme en 1393 où   sur un parchemin,  Jean Duc de Berry confirme le droit de barrage pour réparer les murs, les ponts et les portes de la ville de Niort pendant un an. De ce caractère impétueux de l’eau et des dégâts engendrés, naîtront les ponts, les viaducs et les gués dans un département où se prélassent 495 rivières, deux Sèvres et un marais.

L’eau amie, car source de richesses avec la pêche, l’irrigation pour l’agriculture et le traffic fluvial. Des plans aquarellés réalisés par un ingénieur de l’époque sont d’ailleurs accrochés aux cimaises. Ils représentent le projet de perfectionnement de la navigation et l’aménagement des marais du bassin de la Sèvre. 

Plus loin, s’exposent des lettres d’ingénieurs des Ponts et chaussées, de la préfecture, des délibérations de conseils municipaux... l’eau a fait et continue à faire  couler beaucoup d’encre. Des relevés d’analyses bactériologiques sont également présentés. Des écrits datant du début du 20e siècle où la demande croissante en eau, les épidémies et la pollution rendent l’assainissement indispensable. 

L’eau également comme créatrice de lien social, au lavoir (endroit où les hommes n’étaient pas admis) qui réunissait les femmes pour, certes des tâches pénibles, mais aussi un moment de bavardage.

Au travers d’objets, de tableaux et d’archives, les différentes facettes de l’eau sont donc explorées et dessinent les contours d’une richesse au caractère bien trempé. Que l’homme tente à la fois de dompter et de protéger. 

Archives départementales : 26, rue de la Blauderie à Niort, tél. 05 49 08 94 90. Exposition gratuite, visible jusqu’au 30 avril, du lundi au vendredi de 8 h 30 à 17 h et les dimanches 21 février, 4 et 21 mars, de 14 h à 18 h. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

19 marchés festifs tout au long de l’été
Lieu de convivialité, les MPP offrent aux agriculteurs une occasion de se faire connaître localement. Les agriculteurs se…
Le parcours hors norme de Georgina
Des terrains de handball au Gabon à l’élevage de porcs en France, Georgina Tchatchoua-Gbayuen a eu plusieurs vies. Cette femme d’…
Les curseurs techniques et humains, gages de réussite
Même si le contexte laitier est complexe, les Deux-Sèvres comptent des exploitations en bonne santé. Pour déterminer l’avenir,…
Départementales : les projets des candidats pour la ferme Deux-Sèvres
La Fnsea et les Jeunes agriculteurs des Deux-Sèvres ont convié, mercredi 9 juin, les candidats aux élections départementales pour…
Président de Capr’Inov, un exercice d’équilibriste
Avec la structuration du salon et son développement constant, le temps alloué à la préparation de Capr’Inov est important. Samuel…
La qualité de la farine donne du grain à moudre aux boulangers
Pétrir, mouler et cuire restent les gestes séculaires de la fabrication du pain, mais les ingrédients de base sont choisis selon…
Publicité