Aller au contenu principal

Chambre d’agriculture
Une réforme qui risque de fragiliser les productions animales

Les éleveurs attendaient beaucoup de la réforme de la PAC. En Poitou-Charentes où les productions sont relativement intensives, les productions animales seront parmi les perdants de la réforme, jugent les responsables professionnels.

Pierre Lambert, préfet des Deux-Sèvres, s’est dit favorable à la demande de la profession sur la révision du Projet agricole départemental.
Pierre Lambert, préfet des Deux-Sèvres, s’est dit favorable à la demande de la profession sur la révision du Projet agricole départemental.
© C. P.

«Tous les projets de production qui respectent la réglementation doivent pouvoir exister », déclarent de manière péremptoire au nom de la chambre d’agriculture Jean-Marc Renaudeau, président, et Pierre Trouvat, président de la commission économique. Vendredi 29 novembre, c’est sans ambages que les élus professionnels ont exprimé leur soutien au projet de poulailler qui défraie la chronique à Missé. Quelques heures plus tôt, l’analyse de la réforme de la PAC inquiétait les membres de la chambre consulaire réunis en session. Ils sont nombreux à craindre que la redistribution des aides européennes à partir de 2015 prive un grand nombre d’élevages qui en Deux-Sèvres, en Poitou-Charentes, avaient au cours des vingt dernières années travaillé la productivité de leur outil. « L’Europe nous promet une réorientation des aides, des céréales vers l’élevage. Il faut comprendre l’élevage extensif. Chez nous, cet élevage-là est peu répandu. Nous n’habitons pas les étendues vertes du Massif Central »,  commente Jean-Marc Renaudeau.
Alors que dans les 5 années à venir (2015-2020) les exploitants du département pourraient perdre entre 7% et 9% des aides directes « qui participent largement à l’équilibre économique des outils (celles du premier pilier de la PAC) », les représentants de la chambre d’agriculture ont bien du mal à accepter les levées de bouclier contre des projets « respectueux des règles en vigueur ». Et de rappeler l’enjeu économique pour les territoires que représente l’élevage. Sans productions de porcs, de poulets, de viandes, de lait, quid des emplois dans l’industrie agroalimentaire ? « La déprise de l’élevage est réelle en Deux-Sèvres. Dans le sud du département où la production céréalière est possible, les abandons sont nombreux. Nous comptions sur la nouvelle PAC pour créer une nouvelle impulsion, sortir de la morosité dans laquelle l’économie des filières a plongé la profession ces dernières années. Nos attentes ne sont pas satisfaites. Ajouter à cette déception la réticence de la population à voir des ateliers se monter sur leur commune et les chances de voir des jeunes s’installer en agriculture seront de moins en moins nombreuses », tentent d’expliquer les représentants de la profession agricole.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
S’employer chaque jour à faire avancer le projet
Le projet de stockage d’eau à des fins agricoles sur le bassin de la Sèvre niortaise entre dans sa phase de concrétisation. Alors…
Publicité