Aller au contenu principal

Autoconstruction
Une rénovation pour plus de confort et de praticité

À Échillais, en Charente-Maritime, Antony Tranquard, du Gaec du Pont de Martrou, a réaménagé l’intérieur de sa principale stabulation pour gagner en praticité et améliorer le confort de ses vaches.

Antony Tranquard a aménagé ce cornadis spécial et cette barrière pour faciliter l’insémination et les césariennes.
© Kévin Brancaleoni

En regagnant à la mi-août leur stabulation d’Échillais (17), après quelques mois à pâturer dans les marais du sud de Rochefort, les vaches du Gaec du Pont de Martrou ont pu découvrir leur nouveau logement pour l’hiver. Extérieurement, le bâtiment est toujours le même : une vaste stabulation construite en 1994, doublée en 2010 pour pouvoir accueillir aujourd’hui 96 mères et 96 veaux de race charolaise. Mais à l’intérieur, le printemps et l’été ont apporté leur lot de changements.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Lettre d’un agriculteur à ses voisins

Je me permets de vous adresser ce courrier car (...) la période des semis des cultures approche à grand pas. J’exploite des…

La maraîchine, une bière locale « du champ au verre »
Deux brasseries artisanales, ancrées dans le Marais poitevin, se sont associées pour créer une nouvelle bière marquée « Valeurs…
La mort du bovin viande

Une nouvelle Pac se profile !

Le ministère propose une remise en cause du montant de l’enveloppe dédiée à la…

Le cuir, une histoire de famille
Rebecca Larapidie a créé Abak’art, sa marque de maroquinerie, pour laquelle elle utilise exclusivement les peaux de bovins élevés…
Un concours réussi et une belle dynamique au marché ovin de Parthenay
Le concours annuel des agneaux a donné lieu à une belle présentation, de l’avis des organisateurs. Au marché au cadran, la…
La pétition reste ouverte pour complément d’enquête
Le collectif BNM a défendu devant la commission PETI un examen approfondi du dossier des réserves.
Publicité