Aller au contenu principal

Une saison fourragère 2019 contrastée

Avec un début de printemps 2019 plutôt sec, cette première moitié de saison fourragère aura été contrastée. Trois agriculteurs, de Chiché, Lageon et Vasles, sont plutôt satisfaits.

Fin 2018, le pâturage était quasi nul, ce qui a entraîné des stocks réduits en fin d'hiver. Les stocks étaient déjà pas mal entamés l'été 2017, puis l'ont été pendant l'été et l'automne 2018. Durant l'hiver 2018-2019, les éleveurs les ont gérés à l'économie avec des répercutions sur la production des prairies. Ils ont ainsi fait pâturer tard en fin d'automne et le plus longtemps possible en hiver. Ceci a généré une herbe rase en début de printemps 2019, qui a eu du mal à repartir alors que les conditions de pousse étaient optimales.

Une météo favorable à une mise à l'herbe précoce

La somme de température de 300°C jours, stade optimal pour la mise à l'herbe, était atteinte le 11 mars 2019, soit quinze jours plus tôt que la moyenne sur trente ans. La portance des sols était bonne mais il n'y avait pas beaucoup d'herbe à faire pâturer. Les conditions de pâturage étaient excellentes, permettant de bonnes performances animales sans gaspillage. Le stade de récolte pour une qualité optimale des raygrass (750° C jours) était atteint le 23 avril avec, là encore, quinze jours d'avance. La pluie étant plutôt modeste, les rendements ont été moyens mais avec de la qualité. Entre le 10 mai et le 4 juin, il y a eu quatre semaines avec de très faibles pluies permettant de réaliser des chantiers de récolte en enrubannage ou en foin dans de bonnes conditions.

Témoignages : les rendements sont corrects, de bonne qualité

Sébastien Lavens, de Chiché et Alexandre Chargé, de Vasles, éleveurs de moutons, et Jacques Roy, de Lageon, éleveur de Parthenaises qu'il engraisse toutes, sont unanimes : ce début de saison 2019, en herbe, le rendement est correct sans être exceptionnel et la qualité est bonne car les coupes ont été effectuées au stade début épiaison.

« Il était temps de faire les foins », confient Alexandre et Jacques, qui se sont fait un peu peur, respectivement à la première coupe (avant le 15 juin) et à la deuxième (fin juin). « Il était temps de le faucher, dit Alexandre, mais il n'était pas dur, avait une bonne odeur et il était vert ».

 

Les récoltes d'enrubannage, d'ensilage et de foin ont permis aux agriculteurs interviewés de renouveler suffisamment leurs stocks de fourrages. Ils espèrent qu'il pleuvra encore pour que l'herbe repousse mais, même si ce n'est pas le cas, ils ne sont pas inquiets.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Influenza Aviaire, Deux-Sèvres, Augé
Grippe aviaire : le sud-ouest des Deux-Sèvres concerné par des mesures de prévention
Le virus hautement pathogène H5N8 a été détecté le 20 octobre sur deux cygnes tuberculés aux Pays-Bas. Pour limiter les risques d…
La Caveb veut rester un acteur majeur de la viande rouge
Lors du point presse précédent son assemblée générale, le mercredi 30 septembre, la coopérative agricole de Châtillon-sur-Thouet…
Manifestation de Bassines non merci en opposition au projet de réserves des la Sèvre niortaise.
La transition agroécologique, l’enjeu des réserves de substitution
Partisans et opposants parlent de la nécessaire transition agro-écologique. Pour les premiers les réserves de substitutions sont…
Capr'inov, un salon à huis clos

Pas de public, pas d’exposant. C’est une édition spéciale de Capr’inov que l’équipe du salon de la chèvre est contrainte d’…

À 50 ans, la Corel affiche sa bonne santé commerciale
La coopérative d’élevage a tenu son assemblée générale le jeudi 24 septembre. Avec un nouveau directeur et un nouveau président,…
Plombier, il arrête tout pour reprendre la ferme de son père
Mathieu Moreau, plombier chauffagiste depuis quinze ans, a eu un déclic pendant le confinement : c’est peut-être à lui de…
Publicité