Aller au contenu principal

Eau en Deux-sèvres
Une situation comparable à celle normalement constatée à la mi-juin

En deux-Sèvres, la faible pluviométrie constatée au cours des mois de janvier et février 2011 a engendré, globalement pour l’hiver 2010-2011, un déficit pluviométrique de l‘ordre de 20 % par rapport à la normale.La recharge des nappes d’eau souterraines se trouve en dessous des niveaux atteints en 2010 et souvent proche des niveaux de 2009. Les trois quarts des piézomètres sont aujourd’hui en dessous des niveaux moyens enregistrés depuis 2003. Le régime hydrologique des rivières subit par voie de conséquence la même tendance. L’ensemble du bassin du Thouet, à l’exception de la dive du Nord, connaît des valeurs de débit en dessous  des moyennes interannuelles. Le bassin du Clain  est dans une situation analogue, proche des quinquennales sèches. Les bassins versants de la Sèvre niortaise, de l’Autize et de la Boutonne sont également en dessous des valeurs moyennes. Cette situation déficitaire est plus marquée encore que ces deux dernières années.De plus, les niveaux piézométriques des nappes de captage d'eau potable font apparaître une situation comparable à celle normalement constatée à la mi-juin. Aussi, même si la situation n'est pas encore inquiétante, à ce jour, elle préfigure une saison qui risque d'être tendue. Si la situation n'évolue pas très favorablement, ce constat conduit d'ores et déjà à envisager que des mesures de restriction puissent être prises à court terme comme cela a été annoncé lors du comité technique régional de l’eau du 21 mars dernier présidé par le préfet de région.La hausse progressive des températures et le constat d’un temps chaud et sec depuis quelques jours conduisent à renouveler des conseils de vigilance.Un secteur est d'ores et déjà en restriction. Il s'agit de la zone de gestion Aume-Couture pour laquelle le seuil de restriction (-1,80 m) institué pour la gestion de printemps par arrêté préfectoral du 1er avril 2011 vient d'être franchi. En conséquence, les volumes décadaires définis dans chaque arrêté individuel d'autorisation de prélèvement agricole sont réduits de 40% à compter du 10 avril 2011.Quatre secteurs sont aujourd’hui en dessous du seuil d’information institué pour la gestion de printemps par l’arrêté cadre du 1er avril 2011. Il s’agit des zones de gestion Argenton-Layon, Mignon-Courance et Sèvre niortaise. Ce seuil n’appelle pas de restrictions mais nécessite une vigilance particulière.Il est donc fait appel au civisme de tous afin de faire preuve de mesure dans la consommation d’eau pour l’ensemble des usages, afin de prévenir le plus tôt possible tout risque de dégradation de la ressource.Par ailleurs, il est rappelé aux exploitants de cultures spéciales souhaitant, en cas d’interdiction de prélèvement, bénéficier de mesures de restriction atténuées, qu’ils doivent déposer une demande écrite précisant les cultures et îlots concernés, accompagnée des pièces justificatives, avant le 13 mai 2011 à la chambre d’agriculture des Deux-Sèvres.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Petites villes de demain : le programme pour relancer les communes rurales

Dans les Deux-Sèvres, 18 communes ont été retenues pour bénéficier du programme « Petites villes de demain ». Les EPCI de l’…

Les Ets Buchou négoce et Lamy Bienaimé se rapprochent encore
En intégrant la société Végalor (négoce Lamy Bienaimé), les Ets Buchou Négoce accomplissent une transmission correspondant à…
Une chargée de com’ dans un Gaec
Depuis mai 2020, Nadine Bazantay s’occupe de la communication du Gaec Villeneuve en poursuivant deux objectifs : booster la vente…
Ils font revivre la vigne dans les Deux-Sèvres
Au nord et au sud du département, des vignerons font renaître des terroirs oubliés. Benoît Blet, à Oiron, est aujourd’hui reconnu…
Moissons
Une nouvelle dimension pour Océalia
La fusion avec Natéa et le rapprochement avec Menguy’s assurent le développement des services d’Océalia. 
Réserves de substitution, Sèvres Niortaise
Les agriculteurs s'engagent collectivement à réduire de 50% les produits phytosanitaires à horizon 2025
Deux ans jour pour jour après la signature du protocole d'accord, la commission d'évaluation et de surveillance, en charge du…
Publicité