Aller au contenu principal

Equarrissage
Vent debout contre l’augmentation du coût de l’équarrissage

Suite à la décision prise par les interprofessions de ruminants, au premier rang desquelles l’Anicap, d’augmenter le coût de l’équarrissage pour les éleveurs de caprins, la Fnsea Poitou-Charentes a signifié son désaccord en parlant d’une hausse inacceptable.

Camion servant à ramasser les animaux morts sur les exploitations.
Camion servant à ramasser les animaux morts sur les exploitations.
© N. C.

Suite aux désengagements de l’état sur le financement de l’équarrissage des ruminants et le principe d’une mutualisation entre filières ayant été écarté, la filière caprine s’est retrouvée confrontée à devoir trouver une solution pour financer 1,6 million d’euros. Cela, afin de maintenir le principe de mutualisation à l’intérieur de la filière et éviter aux éleveurs de payer l’enlèvement des cadavres directement aux équarrisseurs et à des tarifs non négociés.
Suite aux refus des abatteurs de participer aux financements de cette charge, la décision a été prise d’augmenter la Cotisation volontaire obligatoire amont des éleveurs de caprins. Cela se traduit par une CVO qui passe de 0,32€ à 1,84€ HT par chèvre pour les reproducteurs de plus de 6 mois et de 0,031 à 0,2€ HT par chevreau. Aussi, pour un troupeau caprin de 500 chèvres, la taxe passerait de 161 € à 920 €, ce qui est inadmissible pour Jean François Bernard, président de la section caprine de la Fnsea Poitou-Charentes.  Et de poursuivre : « Largement fragilisés par la faiblesse des prix de leurs produits et par la mauvaise répartition des marges dans la filière depuis trois ans, les éleveurs n'ont pas besoin de taxe supplémentaire ». 
Réunie en conseil d’administration, mardi 7 janvier, la Fnsea 79 entend dénoncer cet accord interprofessionnel sur la taxe d'équarrissage qui multiplie par six la facture pour les éleveurs de caprins.  Tous les membres du conseil se sont accordés sur le fait que cette hausse est intolérable et que des solutions doivent être trouvées rapidement par les organisations nationales.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
S’employer chaque jour à faire avancer le projet
Le projet de stockage d’eau à des fins agricoles sur le bassin de la Sèvre niortaise entre dans sa phase de concrétisation. Alors…
Publicité