Aller au contenu principal

Equarrissage
Vent debout contre l’augmentation du coût de l’équarrissage

Suite à la décision prise par les interprofessions de ruminants, au premier rang desquelles l’Anicap, d’augmenter le coût de l’équarrissage pour les éleveurs de caprins, la Fnsea Poitou-Charentes a signifié son désaccord en parlant d’une hausse inacceptable.

Camion servant à ramasser les animaux morts sur les exploitations.
Camion servant à ramasser les animaux morts sur les exploitations.
© N. C.

Suite aux désengagements de l’état sur le financement de l’équarrissage des ruminants et le principe d’une mutualisation entre filières ayant été écarté, la filière caprine s’est retrouvée confrontée à devoir trouver une solution pour financer 1,6 million d’euros. Cela, afin de maintenir le principe de mutualisation à l’intérieur de la filière et éviter aux éleveurs de payer l’enlèvement des cadavres directement aux équarrisseurs et à des tarifs non négociés.
Suite aux refus des abatteurs de participer aux financements de cette charge, la décision a été prise d’augmenter la Cotisation volontaire obligatoire amont des éleveurs de caprins. Cela se traduit par une CVO qui passe de 0,32€ à 1,84€ HT par chèvre pour les reproducteurs de plus de 6 mois et de 0,031 à 0,2€ HT par chevreau. Aussi, pour un troupeau caprin de 500 chèvres, la taxe passerait de 161 € à 920 €, ce qui est inadmissible pour Jean François Bernard, président de la section caprine de la Fnsea Poitou-Charentes.  Et de poursuivre : « Largement fragilisés par la faiblesse des prix de leurs produits et par la mauvaise répartition des marges dans la filière depuis trois ans, les éleveurs n'ont pas besoin de taxe supplémentaire ». 
Réunie en conseil d’administration, mardi 7 janvier, la Fnsea 79 entend dénoncer cet accord interprofessionnel sur la taxe d'équarrissage qui multiplie par six la facture pour les éleveurs de caprins.  Tous les membres du conseil se sont accordés sur le fait que cette hausse est intolérable et que des solutions doivent être trouvées rapidement par les organisations nationales.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

300 personnes pour le premier dîner fermier à La Crèche

La chambre d’agriculture des Deux-Sèvres a lancé…

Petit moulin cherche meunier pour se réveiller
Depuis les années 80, la famille Boiron fait tourner la minoterie éponyme, en plein cœur de La Crèche. Inscrite dans la tradition…
Nicolas Redureau, éleveur de chèvre en Deux-Sèvres prend position sur le bien-être animal
Bien-être : considérer le binôme Homme-animal
Nicolas Redureau, éleveur à Noirterre (Deux-Sèvres), a participé aux groupes de travail orchestrés par Agrial sur le bien-être…
Stockage de l'eau : les uns avancent, les autres demandent à rejouer la partie
La radicalisation des opposants aux projets de stockage de l’eau laisse peu d’espoir que naissent des compromis. Le 6 novembre, à…
Plein phare sur le robot d’alimentation au Chêne blanc
Au programme de cette première journée du salon Capr’Inov, rendez-vous à Pougne-Hérisson pour visiter la SCEA du Chêne Blanc, qui…
Définition de l'agriculteur actif: l'État et les Régions d'accord pour 67 ans maximum

Dans le cadre de la concertation autour de la déclinaison française de la future Pac, le Plan stratégique national (PSN), les…

Publicité