Aller au contenu principal

Vers une éradication de la diarrhée virale bovine

La situation sanitaire dans les quatre départements de l’ex-Poitou-Charentes est globalement favorable. Les GDS ont demandé une aide à la région pour la prise en charge de la veille.

© GDS

L’impact économique de la BVD (diarrhée virale bovine) en élevage bovin n’est pas négligeable. Maladie virale complexe, immunodépressive, et à signes cliniques variés, elle peut entraîner des pertes de productions multiples (avortements, mortalités néonatales…). Son coût est estimé entre 30 et 60 € par bovin et par an en élevage allaitant et entre 46 et 83 € par bovin et par an en élevage laitier.
L’arrêté ministériel du 31 juillet 2019 a pour vocation de mettre en place la première étape du programme d’éradication de la BVD en France, au même titre que certains pays européens et internationaux ont entamé, voire éradiqué, cette maladie de leur territoire.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Cosset et fils : le négoce dans le sang
Implanté depuis 70 ans à Saint-Pompain, dans les Deux-Sèvres, le négoce agricole Cosset et fils démarre un projet de…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
Publicité