Aller au contenu principal

Billet
Visons, un futur sans précédent

© DR

Le Parlement a acté le 29  janvier l’interdiction en France de l’élevage de visons destinés à la fourrure. Derrière son apparence anecdotique, l’affaire revêt un aspect historique. C’est en effet la première fois que l’argument de la destination ; ici les vêtements de luxe ; est introduit pour motiver l’interdiction d’élever et de tuer un animal.

De ce fait, ce petit animal aquatique introduit un précédent colossal. La filière de la fourrure et le député LR Julien Aubert l’ont bien compris, tout comme L214. Si l’argument des députés de la majorité consiste à dire que l’élevage doit être interdit si le produit qui en est tiré est jugé dispensable ou néfaste, le raisonnement peut théoriquement s’appliquer à d’autres filières. On pense tout de suite aux autres produits de luxe comme le foie gras ou à la cynégéculture, dont l’existence est contestée de longue date. Mais l’argument atteint aussi théoriquement la viande ou le lait, dont les animalistes rappellent qu’ils sont en très grande partie substituables nutritionnellement, et néfastes, dans leur ensemble, pour le climat.

On sent ici qu’un changement est en cours, y compris au cœur du syndicalisme agricole, qui a choisi de ne pas mener la bataille des visons, et se fixe désormais pour mantra de défendre « la souveraineté alimentaire de la France ». La Covid-19 nous a résolument fait basculer dans une époque où le climat et les animaux sont devenus les maîtres de l’agenda.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

19 marchés festifs tout au long de l’été
Lieu de convivialité, les MPP offrent aux agriculteurs une occasion de se faire connaître localement. Les agriculteurs se…
Le parcours hors norme de Georgina
Des terrains de handball au Gabon à l’élevage de porcs en France, Georgina Tchatchoua-Gbayuen a eu plusieurs vies. Cette femme d’…
Les curseurs techniques et humains, gages de réussite
Même si le contexte laitier est complexe, les Deux-Sèvres comptent des exploitations en bonne santé. Pour déterminer l’avenir,…
Départementales : les projets des candidats pour la ferme Deux-Sèvres
La Fnsea et les Jeunes agriculteurs des Deux-Sèvres ont convié, mercredi 9 juin, les candidats aux élections départementales pour…
Président de Capr’Inov, un exercice d’équilibriste
Avec la structuration du salon et son développement constant, le temps alloué à la préparation de Capr’Inov est important. Samuel…
La qualité de la farine donne du grain à moudre aux boulangers
Pétrir, mouler et cuire restent les gestes séculaires de la fabrication du pain, mais les ingrédients de base sont choisis selon…
Publicité