Agri79 Informations 26 juin 2008 à 09h55 | Par Guy du Repaire

BRILAP - Les éleveurs de lapins sous le coup d’une nouvelle baisse des achats

Les perspectives du marché du lapin ne s’éclaircissent pas. Les abatteurs veulent revoir, revus à la baisse, les quotas de productions pour la fin de l’année.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Christophe Beaudet, président du Brilap, se voulait rassurant il y a trois semaines. C’était sans compter sur une nouvelle baisse demandée par les abattoirs.
Christophe Beaudet, président du Brilap, se voulait rassurant il y a trois semaines. C’était sans compter sur une nouvelle baisse demandée par les abattoirs. - © Guy du Repaire
En cuniculture, il y a des chiffres qui ne trompent pas. Depuis 2003, le nombre d’élevages de la région qui adhèrent à un groupement de producteurs ne cesse de décliner (*). Il est passé de 190 à 148, et de 163 début 2007 à 148 en fin d’année. Par ailleurs, même si le nombre de cages mères par élevage est passé de 353 à 452, le nombre de femelles reproductrices suit globalement la courbe de celui des éleveurs. Sur cette même période, le prix à la production baisse régulièrement. De 1,67 ?, il est passé à 1,59 ? le kilo. En 2007, il a baissé de 3 % par rapport à 2006 et la tendance se poursuit sur les cinq premiers mois de 2008. Or le prix de l’aliment qui se situait en moyenne à 60 ?/t est passé à 90 ?/ t. « Pour un élevage de 600 femelles, cela représente 25 000 ? supplémentaires », a calculé Christophe Beaudet. Le 6 juin, lors de l’assemblée de Poitou-Lapins, le président du Bureau régional interprofessionnel du lapin de chair se voulait pourtant rassurant, (voir Agri 79 du 30 mai 2008). La réduction de production de 5 %, négociée il y a quelques semaines laissait espérer un dégagement du marché. Mais, alors que les éleveurs demandaient une revalorisation des cours, lors de la manifestation du 3 juin dans le Morbihan, les abatteurs répondent par une baisse supplémentaire de mise sur le marché de 5 %. « Et sans garantie de prix ! », s’insurge le président. Il parle désormais de « situation très tendue », entre les producteurs et les industriels de l’abattage (FIA). « Nous affrontons la crise la plus importante depuis vingt ans », poursuit-il. Elle se traduit par une restructuration à tous les échelons de la filière et l’absence de créations d’élevage. En 2008, tout au plus quelques aménagements d’ordre sanitaires pourront-ils être réalisés. Principal responsable, selon les abatteurs : la consommation de lapin qui baisse. Avec – 10 %, ce semestre ne fait pas mieux dans un contexte de baisse général de la consommation de viande. Selon le Brilap, il faudrait un prix de reprise de 1,770 ? au kilo vif, alors que les cours peinent à atteindre 1,407 ?. « Le revenu moyen des éleveurs pour la rémunération de leur travail et le renouvellement de leurs installations est désormais proche de zéro », disait-on au cours de l’assemblée du Brilap. « En intégrant les hausses du prix de l’aliment prévues sur les prochains mois, le revenu de l’éleveur est clairement négatif, de l’ordre de 600 à 800..» G. R. * Le nombre d’élevages de la région, non adhérents à un groupement de producteurs, est évalué à une vingtaine seulement.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. AGRI 79 Informations se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui