Agri79 Informations 11 septembre 2014 à 08h00 | Par Cyrielle Delisle

Des plumes,source de protéines

On peut se demander ce que deviennent les coproduits animaux après abattage. Un exemple de valorisation avec l’atelier Plumes de la société Soleval à Viriat dans l’Ain.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pour une tonne de plumes, on obtient environ 33 % de protéines animales transformées.
Pour une tonne de plumes, on obtient environ 33 % de protéines animales transformées. - © Akiolis

Soleval, filiale du groupe Akiolis (voir encadré), est la marque dédiée aux filières de valorisation des coproduits de catégorie trois, issus d’animaux propres à la consommation humaine. L’entreprise exploite 16 ateliers spécialisés en fonction des espèces animales (volaille, canard, porc, bœuf, multi-espèces) et des matières (plumes, sang, os, couennes, pieds de cochons). Ces matières, issues d’animaux sains mais non consommées par l’homme, ne mobilisent pas de ressources utilisables en alimentation humaine », explique Sophie Grégoire, directrice de la communication d’Akiolis Group. Lire la suite dans Agri 79

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. AGRI 79 Informations se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,