Aller au contenu principal

2012 ou le ver dans les fruits des exploitations arboricoles

Cet hiver les vergers sont dotés d’organes de reproduction exceptionnels. En 2013, pour préserver le potentiel des années à venir, les arboriculteurs devront se priver d’une partie de celui-ci.

Patrick Pied constate la présence du champignon chancre nectria. Les pluies de l’hiver n’ont pas permis de faire tous les traitements nécessaires.
Patrick Pied constate la présence du champignon chancre nectria. Les pluies de l’hiver n’ont pas permis de faire tous les traitements nécessaires.
© N. C.
«Tant par la qualité que par la quantité, les organes de production sont cette année exceptionnels  », juge Christophe Bellanger, technicien à Label Pom. 2013 pourrait être en excès ce que 2012 a été en déficit de production.
« Est-ce souhaitable ?  », pose Patrick Pied, exploitant à Secondigny. Les pommiers sont des arbres pérennes. La récolte de l’année pendue au bout des branches, ils préparent déjà en eux la production de l’année suivante. « Si 2013 est très productive nous risquons d’induire une alternance entre les bonnes et les mauvaises années. En termes de gestion, de qualité des fruits et de pérennité des arbres, il est essentiel d’empêcher dès cette année la mise en place d’un tel rythme. »
Depuis le mois de novembre, huit des salariés permanents de la Sarl des Vergers de la  Vieille Touche, sécateurs en main, arpentent les 85 ha de l’exploitation. Sous les conseils avisés de Christophe Bellanger, ils taillent avec une certaine sévérité les rameaux végétatifs et même fructifères.
L’an passé, le mois d’avril froid et humide a empêché une pollinisation normale. La production de 2012 a été de 30% à 70% inférieure à la normale.
« Les arbres peu sollicités par la production de fruits ont poussé. Cet hiver nous sommes en présence de pommiers au volume abondant. Les rameaux de l’année sont densément dotés, comme les plus anciens. Pour préserver le potentiel des années à venir comme pour s’assurer un équilibre jus-sucre intéressant pour les fruits de 2013, il faut volontairement se priver d’une partie du volume qui s’annonce », certifie Christophe Bellanger.
Technicien et producteur s’accordent sur une augmentation du temps de taille d’environ 25 % pour réaliser un travail adapté à la particularité de l’année. L’éclaircissage chimique sera également plus important et plus difficile, craignent les experts à la vue de la qualité des organes de reproduction. La dernière étape, l’éclaircissage manuel devrait également être coûteux pour les exploitations arboricoles.
L’augmentation des cours en 2012, « environ 25% », évalue Patrick Pied, n’a pas permis de compenser le manque de volume. C’est donc avec une trésorerie entamée que les gestionnaires doivent faire face à « une avance aux cultures de 2013 », largement supérieure à la moyenne. Et cela, sans espoir de rattraper par la récolte de l’année les pertes de 2012 et les surcoûts de 2013. Même si la récolte s’annonce bonne.
C. P.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Étang de Beaurepaire : la digue fermée à la circulation complique le quotidien
La fermeture de la route qui traverse l’étang de Beaurepaire oblige à faire un détour de 10 kilomètres. Les fonds pour mener les…
Attention au risque incendie

Depuis l’incendie d’un hangar à St Martin de Bernegoue le 10 avril, quatre nouveaux sinistres ont été enregistrés dans…

Flavien, éleveur de chèvres : « Les rencontres ont fait mûrir mon projet »
Déterminé depuis l’enfance à devenir agriculteur, Flavien Favre a bâti pas à pas son projet. Sa formation et ses expériences sur…
Les jeunes agriculteurs organisent un repas 100% local
Moteurs de la vie rurale, les Jeunes agriculteurs vont proposer aux Deux-Sévriens un repas complet, le samedi 1er mai…
Quand les haies chauffent le plancher des poules
A la faveur de l’installation d’un jeune agriculteur, en mai 2020, le Gaec Baulieu, à Echiré, a investi dans de nouveaux…
À la découverte de la petite Toscane argentonnaise
Loin de la plaine du sud, à équidistance de Bressuire et de Thouars, le village d’Argenton-les-Vallées se tient entre deux rives…
Publicité