Aller au contenu principal

Alain Chabauty : « Motiver les choix qui sont les nôtres pour être compris »

A l’occasion des vœux, Alain Chabauty, président de la Fnsea 79 répond aux questions d’Agri 79.

Nous devons aussi être à l’écoute pour faire ce que notre profession a toujours fait, s’adapter note Alain Chabauty.
Nous devons aussi être à l’écoute pour faire ce que notre profession a toujours fait, s’adapter note Alain Chabauty.
© C.P.

La défense des zones défavorisées a été l’un des chantiers syndicaux portés par le département en 2017. Ce dossier aboutira-t-il en 2018 ?
Alain Chabauty : Ce dossier devrait encore nous occuper une demi-année. Stéphane Travert, le ministre de l’agriculture, souhaite qu’il soit bouclé avant la fin du mois de mars. Nous ne sommes plus à un report près (sourire).
Aujourd’hui, nous sommes à court d’arguments techniques. De nombreuses simulations ont été réalisées. Des critères nationaux ont été ajoutés aux critères européens biophysiques. En Deux-Sèvres, de nombreuses communes restent exclues. 1 137 exploitations pourraient perdre 9 millions d’euros.
Désormais, l’issue relève de choix politiques. Dans notre département, la remise en cause des zones défavorisées affaiblirait un peu plus encore l’élevage. La déprise longtemps annoncée est concrète cette année. L’effectif bovin est en baisse de 2,44 %. Par le passé nous avons déjà connu de telles baisses.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Cosset et fils : le négoce dans le sang
Implanté depuis 70 ans à Saint-Pompain, dans les Deux-Sèvres, le négoce agricole Cosset et fils démarre un projet de…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
Publicité