Aller au contenu principal

Retraite
Anticiper pour transmettre sereinement

Les réunions d’information organisées par la chambre d’agriculture sur tout le département sont un premier pas pour penser la fin de son activité et la transmission de sa ferme. L’une d’elles a réuni douze agriculteurs à Parthenay, le 13 octobre.

Dominique Varrin et Hélène Billet, conseillères en transmission, rappellent que la recherche d'un repreneur doit se faire trois à quatre ans avant le départ à la retraite.
© Léa Calleau

Gestionnaire passionné par les cours du blé ou éleveur aux petits soins avec son troupeau, il faudra à un moment remettre le tracteur et les clés à un autre. Anticiper permet de répondre à la foule de questions qui se pose quand on envisage le départ à la retraite : transmettre à un jeune désireux de s’installer ou à un voisin qui souhaite s’agrandir ? Qu’est-ce qui peut être négocié ? Faut-il rester dans la maison qui donne sur la cour ou déménager ? Comment sécuriser le foncier alors que l’on n’est pas propriétaire d’une grande partie de ses terres ?

Les conseillères en transmission, Hélène Billet et Dominique Varrin, ont présenté les grandes étapes qui cadrent cette réflexion lors d’une réunion à Parthenay.

Maximiser ses chances

Plus l’agriculteur s’y prend tôt, mieux ce sera, c’est le leitmotiv des conseillères en transmission. Et leur premier conseil pour trouver un repreneur : parler à ses enfants. « Il y en a souvent qui reviennent dans la lumière au moment où ils apprennent que leur parent va partir à la retraite », assure Hélène Billet. Même s’ils ont « une bonne situation », ils peuvent choisir de revenir aux sources.

Si les enfants ne répondent pas présents, l’agriculteur va ensuite mobiliser son réseau : anciens stagiaires et apprentis, le service de remplacement… Quand il sera un peu plus avancé dans son projet de transmission, un outil est à sa disposition : le répertoire départ installation (RDI). Toutes les fermes à vendre sont inscrites sur ce répertoire national. Quand un candidat est intéressé, il est reçu à la chambre d’agriculture avant d’entrer en relation avec un cédant.

« On rêve parfois qu’un agriculteur soit positif sur son métier et sur sa ferme », déplore Dominique Varrin, un brin provocatrice. « Les terres sont pourries, c’est sableux, c’est séchant », entend-elle parfois de candidats à l’installation qui reviennent déçus de leur visite, où l’agriculteur n’a fait que critiquer son outil de travail. Il est pourtant possible de trouver des points positifs : le cadre de vie agréable à la campagne, la proximité avec la nature, les animaux, la liberté en étant son propre patron... Et si le point faible de la ferme se trouve dans la qualité de la terre, il y a un point fort ailleurs. Si, si, cherchez... Vous trouverez ! 

Le compte à rebours du départ

Un rendez-vous avec un conseiller retraite de la MSA permet de connaître son âge de départ à la retraite à taux plein. Une fois la date fixée, il y a deux grandes étapes : à dix ans et à quatre ans de la retraite. Dix ans avant, l’agriculteur commence à piloter son entreprise en intégrant sa pérennité. Cela peut impliquer la rénovation d’un bâtiment ou un changement dans la production. « On a eu le cas d’un élevage ovin et bovin. L’agriculteur a baissé le cheptel bovin, qui est moins rentable, et monté le troupeau ovin », rapporte Dominique Varrin.

À quatre ans de la retraite commence la recherche active d’un repreneur. Âgé de 58 ans, Éric Fouillet réfléchit à la transmission de son exploitation de Charolaises, située à Adilly. « Je pense arrêter l’activité en 2024, il faut donc que je me mette sérieusement à chercher un repreneur d’ici six mois, un an. » Dans la longue liste des points à régler avant une transmission, la priorité sera de sécuriser le foncier : « Je n’ai presque pas de terre en propriété. Il faudra que les propriétaires fassent confiance à un repreneur. » Il envisage aussi que ses terres partent à l’agrandissement s’il ne trouve pas de candidat. « Je n’ai pas d’attentes particulières : il peut changer le troupeau, passer en bio… C’est déjà bien si je trouve quelqu’un ! », reconnait-il.

Un candidat peut être volontaire, mais manquer d’expérience. Il a besoin de s’aguerrir en se formant, en travaillant comme salarié ou au service de remplacement. Cela demande du temps. La solution d’un stage parrainage est de plus en plus prisée. En 2020, il y a trente parrainages en cours en Deux-Sèvres.

Formation des conseillers en transmission

Les 22 conseillers en transmission de Nouvelle-Aquitaine ont commencé une formation le 7 octobre pour aborder la transmission du point de vue des relations humaines. Au-delà de l’aspect technique de la transmission, une grande part du travail est à faire sur le plan humain. Le chemin est souvent long pour qu’un agriculteur soit prêt à céder sa ferme, constate tous les conseillers. Si ce n’est pas l’agriculteur lui-même, ça peut être sa femme ou ses proches qui résistent au changement. Les conseillers vont ainsi partager leurs pratiques pour accompagner au mieux les futurs cédants et les candidats à l’installation. « On est là pour les faire bouger dans leurs représentations. L’agriculteur a une image du candidat idéal, et le jeune a souvent un rêve qui doit être confronté à la réalité. On doit amener les deux à se rencontrer », témoigne Hélène Billet.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Influenza Aviaire, Deux-Sèvres, Augé
Grippe aviaire : le sud-ouest des Deux-Sèvres concerné par des mesures de prévention
Le virus hautement pathogène H5N8 a été détecté le 20 octobre sur deux cygnes tuberculés aux Pays-Bas. Pour limiter les risques d…
La Caveb veut rester un acteur majeur de la viande rouge
Lors du point presse précédent son assemblée générale, le mercredi 30 septembre, la coopérative agricole de Châtillon-sur-Thouet…
Manifestation de Bassines non merci en opposition au projet de réserves des la Sèvre niortaise.
La transition agroécologique, l’enjeu des réserves de substitution
Partisans et opposants parlent de la nécessaire transition agro-écologique. Pour les premiers les réserves de substitutions sont…
Capr'inov, un salon à huis clos

Pas de public, pas d’exposant. C’est une édition spéciale de Capr’inov que l’équipe du salon de la chèvre est contrainte d’…

À 50 ans, la Corel affiche sa bonne santé commerciale
La coopérative d’élevage a tenu son assemblée générale le jeudi 24 septembre. Avec un nouveau directeur et un nouveau président,…
Plombier, il arrête tout pour reprendre la ferme de son père
Mathieu Moreau, plombier chauffagiste depuis quinze ans, a eu un déclic pendant le confinement : c’est peut-être à lui de…
Publicité