Aller au contenu principal

Apiculture : des mortalités hivernales plus importantes

Chaque année, la réunion de bilan de fin de saison de l’association de développement apicole rassemble les acteurs de la filière. La mortalité hivernale, les tarifs des conditionneurs et l’implication des pouvoirs publics inquiètent les apiculteurs.

La réunion annuelle de l’association permet aux apiculteurs de confronter leur méthode de travail et d’échanger sur les meilleures pratiques.
La réunion annuelle de l’association permet aux apiculteurs de confronter leur méthode de travail et d’échanger sur les meilleures pratiques.
© M.N.

Ils étaient une trentaine à avoir répondu à l’appel de l’association de développement apicole (ADA) de Nouvelle-Aquitaine. Chaque année, il s’agit d’échanger entre apiculteurs professionnels et de faire un bilan de la production pour établir des chiffres sur lesquels chacun peut situer sa propre production.vant la réunion de bilan annuelle, Jonathan Gaboulaud, animateur et coordinateur de l’ADA Poitou-Charentes, a lancé une enquête sur les mortalités hivernales. « Le Poitou-Charentes n’a pas été épargné par le phénomène qui touche toute la France. L’enquête n’a qu’une valeur de tendance mais les apiculteurs peuvent se situer.

Au 14 mai dernier, 135 apiculteurs ont rempli l’enquête en ligne. Ils représentent près de 9 700 colonies hivernées en fin de saison 2017. L’enquête révèle une tendance de mortalités hivernales plus importantes que l’année dernière, avec un taux de pertes moyen dépassant les 27 %, contre 19 % l’année précédente. L’hiver a été particulièrement difficile et 31 apiculteurs ont retrouvé plus de la moitié de leurs ruches mortes », indique Jonathan Gaboulaud. Aucun département n’a été épargné.

Dominique Carrage, apiculteur à Celle L’Evescault (86) était aussi venu à la réunion de bilan pour savoir pourquoi les MAE apicole de 2016 n’ont pas encore été réglées. « Des acomptes ont été adressés aux apiculteurs qui en ont fait la demande mais nous n’avons pas plus de retour de la DDT », explique Jonathan Gaboulaud.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

En 4L, avec l’agriculture et la mécanique pour bagages
A 18 et 19 ans, Bastien Sémillé et Thomas Rousselot s’embarquent dans l’aventure du 4L Trophy, édition 2023. Pour faire honneur à…
Les coopératives se mouillent pour maintenir l’élevage
Deux bâtiments neufs (l’un pour poules pondeuses, l’autre pour lapins) ont été inaugurés à Gascougnolles et à La Chapelle-Saint-…
Sur les marchés, la Parthenaise tente de trouver l’équilibre
Un point sur le marché de la Parthenaise a été fait à l’occasion de l’assemblée générale de France Parthenaise, vendredi 2…
Quelles règles concernant les nuisances sonores ?

Semer ou moissonner sans que personne ne le remarque est impossible ! Cependant, le bruit ne doit pas…

Le guichet pour les aides de crise ouvre le 22 juillet
Annoncée en mars, l’aide aux éleveurs ayant dégagé un revenu inférieur à 11000€ en 2020 sera mobilisable du 22 juillet au 15…
Éleveurs, ils fournissent 6,5 tonnes de viande par an aux cantines locales
Depuis 2014, treize éleveurs du bressuirais se sont structurés pour répondre aux appels d’offres de la restauration collective…
Publicité