Aller au contenu principal

Apiculture : des mortalités hivernales plus importantes

Chaque année, la réunion de bilan de fin de saison de l’association de développement apicole rassemble les acteurs de la filière. La mortalité hivernale, les tarifs des conditionneurs et l’implication des pouvoirs publics inquiètent les apiculteurs.

La réunion annuelle de l’association permet aux apiculteurs de confronter leur méthode de travail et d’échanger sur les meilleures pratiques.
La réunion annuelle de l’association permet aux apiculteurs de confronter leur méthode de travail et d’échanger sur les meilleures pratiques.
© M.N.

Ils étaient une trentaine à avoir répondu à l’appel de l’association de développement apicole (ADA) de Nouvelle-Aquitaine. Chaque année, il s’agit d’échanger entre apiculteurs professionnels et de faire un bilan de la production pour établir des chiffres sur lesquels chacun peut situer sa propre production.vant la réunion de bilan annuelle, Jonathan Gaboulaud, animateur et coordinateur de l’ADA Poitou-Charentes, a lancé une enquête sur les mortalités hivernales. « Le Poitou-Charentes n’a pas été épargné par le phénomène qui touche toute la France. L’enquête n’a qu’une valeur de tendance mais les apiculteurs peuvent se situer.

Au 14 mai dernier, 135 apiculteurs ont rempli l’enquête en ligne. Ils représentent près de 9 700 colonies hivernées en fin de saison 2017. L’enquête révèle une tendance de mortalités hivernales plus importantes que l’année dernière, avec un taux de pertes moyen dépassant les 27 %, contre 19 % l’année précédente. L’hiver a été particulièrement difficile et 31 apiculteurs ont retrouvé plus de la moitié de leurs ruches mortes », indique Jonathan Gaboulaud. Aucun département n’a été épargné.

Dominique Carrage, apiculteur à Celle L’Evescault (86) était aussi venu à la réunion de bilan pour savoir pourquoi les MAE apicole de 2016 n’ont pas encore été réglées. « Des acomptes ont été adressés aux apiculteurs qui en ont fait la demande mais nous n’avons pas plus de retour de la DDT », explique Jonathan Gaboulaud.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
S’employer chaque jour à faire avancer le projet
Le projet de stockage d’eau à des fins agricoles sur le bassin de la Sèvre niortaise entre dans sa phase de concrétisation. Alors…
Publicité