Aller au contenu principal

Associer les variétés et les tolérances pour plus de résistance

L’association de plusieurs traitements de semences permet d’augmenter la couverture des cultures face aux maladies.

Le choix du traitement de semences doit se raisonner comme n’importe quel autre intrant. Les produits retenus doivent permettre de couvrir les risques réellement encourus à la parcelle. L’utilisation systématique d’une protection très haut de gamme engage des coûts qui peuvent être inappropriés. À l’inverse, une économie mal raisonnée peut être lourdement sanctionnée.

Blés
Pour les blés assolés, la protection de base doit viser principalement la carie et les fusarioses. Les traitements de semences fongicides, qui offrent une bonne protection contre ces deux maladies, garantissent une protection suffisante dans la grande majorité des cas avec un rapport coût/protection très satisfaisant. Les spécialités disponibles sont nombreuses : Celest Net, Celest Gold Net, Redigo, Vitavax 200 FS (si le sol n’est pas contaminé par la carie) ou Vibrance Gold.
En deuxième paille, l’emploi du Latitude en association avec un traitement de base offre une sécurité supplémentaire intéressante contre le piétin échaudage. Il ne peut toutefois pas être utilisé deux années consécutives sur la même parcelle. Bien qu’ayant une bonne efficacité, il ne contrôle pas l’intégralité des dégâts en cas de forte attaque. Ce produit n’offre que la protection contre le piétin échaudage et doit donc être associé à l’un des traitements cités ci-dessus pour compléter l’efficacité sur fusarioses et carie.

Orge d’hiver
Pour l’orge, une protection de base simple (Celest Net, Vitavax 200 FF) peut suffire pour lutter contre l’helminthosporiose et les fusarioses, si la semence utilisée n’est pas contaminée par du charbon nu. En production de semences, il est nécessaire de couvrir le risque contre cette maladie en employant des protections renforcées (Celest Orge Net, Rancona 15 ME ou RAXIL STAR).
Pour les semis précoces, le recours au Gaucho 350 ou Nuprid 600FS/Matrero permettra de mieux contrôler les attaques de pucerons vecteurs de la JNO. En cas de conditions climatiques favorables à des infestations tardives, un traitement insecticide en végétation pourra être nécessaire en relais, la protection de cet insecticide systémique s’amenuisant au fur et à mesure du développement des plantes (jusqu’au stade 4-5 feuilles environ vis-à-vis des pucerons).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Confinement ou pâturage, concertation ou carnage ?

"À l’heure où les défenseurs du bien-être animal et les écologistes demandent l’interdiction de l’élevage en intérieur, la…

S’installer… quand on est prêt
Tondeur de moutons, Alexandre Sarrazin a hésité à s’installer pendant plusieurs années avant de franchir le pas à l’âge de 31 ans…
L’agriculture victime de pirates informatiques
La chambre d'agriculture des Deux-Sèvres victime d'une cyberattaque qui touche plus largement la région Nouvelle-Aquitaine et…
Attestation permanente exploitant agricole
La Fnsea et JA 79 ont obtenu la validation de l’attestation permanente spéciale exploitant agricole par le préfet des Deux-Sèvres…
Pâtures & Papilles veut régaler les consommateurs
Quatre élevages du secteur de Parthenay planchent sur l’élaboration d’un nouveau label basé sur un engraissement 100% herbager.…
Les exploitants agricoles, piliers des sapeurs-pompiers volontaires
Parce qu’il doit assurer l’avenir, le service départemental d’incendie et de secours (Sdis 79) est à la recherche de volontaires…
Publicité