Aller au contenu principal
Font Size

Activez votre compte numérique

Pour lire les articles dans leur intégralité, vous tenir informé via les newsletters et consulter la version numérique d’Agri79 dès le jeudi,

J’active mon compte numérique.

Associer les variétés et les tolérances pour plus de résistance

L’association de plusieurs traitements de semences permet d’augmenter la couverture des cultures face aux maladies.

Le choix du traitement de semences doit se raisonner comme n’importe quel autre intrant. Les produits retenus doivent permettre de couvrir les risques réellement encourus à la parcelle. L’utilisation systématique d’une protection très haut de gamme engage des coûts qui peuvent être inappropriés. À l’inverse, une économie mal raisonnée peut être lourdement sanctionnée.

Blés
Pour les blés assolés, la protection de base doit viser principalement la carie et les fusarioses. Les traitements de semences fongicides, qui offrent une bonne protection contre ces deux maladies, garantissent une protection suffisante dans la grande majorité des cas avec un rapport coût/protection très satisfaisant. Les spécialités disponibles sont nombreuses : Celest Net, Celest Gold Net, Redigo, Vitavax 200 FS (si le sol n’est pas contaminé par la carie) ou Vibrance Gold.
En deuxième paille, l’emploi du Latitude en association avec un traitement de base offre une sécurité supplémentaire intéressante contre le piétin échaudage. Il ne peut toutefois pas être utilisé deux années consécutives sur la même parcelle. Bien qu’ayant une bonne efficacité, il ne contrôle pas l’intégralité des dégâts en cas de forte attaque. Ce produit n’offre que la protection contre le piétin échaudage et doit donc être associé à l’un des traitements cités ci-dessus pour compléter l’efficacité sur fusarioses et carie.

Orge d’hiver
Pour l’orge, une protection de base simple (Celest Net, Vitavax 200 FF) peut suffire pour lutter contre l’helminthosporiose et les fusarioses, si la semence utilisée n’est pas contaminée par du charbon nu. En production de semences, il est nécessaire de couvrir le risque contre cette maladie en employant des protections renforcées (Celest Orge Net, Rancona 15 ME ou RAXIL STAR).
Pour les semis précoces, le recours au Gaucho 350 ou Nuprid 600FS/Matrero permettra de mieux contrôler les attaques de pucerons vecteurs de la JNO. En cas de conditions climatiques favorables à des infestations tardives, un traitement insecticide en végétation pourra être nécessaire en relais, la protection de cet insecticide systémique s’amenuisant au fur et à mesure du développement des plantes (jusqu’au stade 4-5 feuilles environ vis-à-vis des pucerons).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

S’installer hors cadre familial : saisir l'opportunité
Audrey Pelletier a rejoint l’équipe du Gaec du Petit Chauveux en juin 2020, après un stage parrainage d’un an. Passionnée par l’…
Le chanvre français prépare le virage de la fleur
Dans le cadre de l'expérimentation en France du cannabis à fins thérapeutiques, l'Agence nationale du médicament (ANSM) devrait …
Et soudain, Exoudun... un village bouillonnant
Au centre d’un triangle St-Maixent-Melle-Lusignan, à équidistance de Poitiers et de Niort, se niche à flanc de colline le village…
Le boom des brasseries artisanales
Les brasseries artisanales fleurissent en France, avec 328 ouvertures de brasseries cette année. Les Deux-Sèvres sont aussi…
Coloré, l'enrubannage exprime la solidarité
On les voit se multiplier dans les champs depuis 2017. A l’initiative du fabricant de film plastique trioplast, les bottes de…
Grossiste, éleveur, restaurateur : ils se lancent dans l’ultralocal
Fin juin, les frères Giraud, éleveurs de Limousines et Charolaises, ont vendu une nouvelle vache au grossiste bressuirais…
Publicité