Aller au contenu principal

Cultures intermédiaires
Au Gaec les Deux Rivières la matière sèche fait défaut

Dès le mois de juin, le manque de foin constaté, les associés du Gaec les Deux Rivières ont semé moha et millet. Leur objectif : essayer à l’automne de reconstituer une partie du stock de foin qui fait tant défaut.

Sébastien Baron au milieu du moha semé en juin. Lequel devrait pallier le manque de fourrages de l’année, conséquence de la sécheresse printanière.
Sébastien Baron au milieu du moha semé en juin. Lequel devrait pallier le manque de fourrages de l’année, conséquence de la sécheresse printanière.
© C. P.

Chaque jour, les associés du Gaec les Deux Rivières soignent 628 bovins. Simple formalité la plupart des années mais en 2011, l’exercice s’annonce critique. « Le seul mois pendant lequel nous avons vu de l’herbe, c’est le mois d’avril. Depuis plus rien », commente Sébastien Baron, l’un des trois associés. Comme nombreux de leurs confrères, les éleveurs de La Coudre se sont résignés à nourrir au champ dès le mois de juin. Cette mise sous perfusion précoce inquiète. « Heureusement nous avons fait une bonne coupe d’ensilage d’herbe. Les maïs s’annoncent hétérogènes. Le gros problème, c’est le stock de foin. Nous avons rentré 500 bottes quand il nous en faut 1000 à 1200 pour satisfaire les besoins du troupeau. » Face au déficit, dès le mois de juin, les chefs d’entreprise ont pris le taureau par les cornes. Pour tenter de maîtriser les coûts alimentaires d’ores et déjà promis à la hausse cet hiver, ils ont décidé de semer des cultures intermédiaires. L’objectif visé : sortir de la matière sèche. Avec quels couverts ? « Ce que l’on a trouvé en semences disponibles », précise Sébastien. De nombreux éleveurs, dans la même situation, ont eu le même réflexe que les exploitants du canton d’Argenton-Château. Début juin, derrière le triticale, 6 ha d’un mélange composé de moha et de trèfle d’Alexandrie ont été ensemencés. Au 15 juin, faute de graines de moha disponibles, 4 ha de millet perlé king avec de la vesce ont été implantés. Enfin, quelques jours après et derrière la deuxième coupe de ray-grass, c’est un millet pur qui a pris place.


Lire la suite en page 3 d'Agri79

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Ils font revivre la vigne dans les Deux-Sèvres
Au nord et au sud du département, des vignerons font renaître des terroirs oubliés. Benoît Blet, à Oiron, est aujourd’hui reconnu…
Les Ets Buchou négoce et Lamy Bienaimé se rapprochent encore
En intégrant la société Végalor (négoce Lamy Bienaimé), les Ets Buchou Négoce accomplissent une transmission correspondant à…
Une chargée de com’ dans un Gaec
Depuis mai 2020, Nadine Bazantay s’occupe de la communication du Gaec Villeneuve en poursuivant deux objectifs : booster la vente…
Moissons
Une nouvelle dimension pour Océalia
La fusion avec Natéa et le rapprochement avec Menguy’s assurent le développement des services d’Océalia. 
Réserves de substitution, Sèvres Niortaise
Les agriculteurs s'engagent collectivement à réduire de 50% les produits phytosanitaires à horizon 2025
Deux ans jour pour jour après la signature du protocole d'accord, la commission d'évaluation et de surveillance, en charge du…
Couvre-feu avancé : " une mesure qui a du sens " pour le préfet
Lors de la désormais traditionnelle conférence de presse préfectorale sur l'épidémie en cours, le préfet a décliné en local les…
Publicité