Aller au contenu principal

Cultures intermédiaires
Au Gaec les Deux Rivières la matière sèche fait défaut

Dès le mois de juin, le manque de foin constaté, les associés du Gaec les Deux Rivières ont semé moha et millet. Leur objectif : essayer à l’automne de reconstituer une partie du stock de foin qui fait tant défaut.

Sébastien Baron au milieu du moha semé en juin. Lequel devrait pallier le manque de fourrages de l’année, conséquence de la sécheresse printanière.
Sébastien Baron au milieu du moha semé en juin. Lequel devrait pallier le manque de fourrages de l’année, conséquence de la sécheresse printanière.
© C. P.

Chaque jour, les associés du Gaec les Deux Rivières soignent 628 bovins. Simple formalité la plupart des années mais en 2011, l’exercice s’annonce critique. « Le seul mois pendant lequel nous avons vu de l’herbe, c’est le mois d’avril. Depuis plus rien », commente Sébastien Baron, l’un des trois associés. Comme nombreux de leurs confrères, les éleveurs de La Coudre se sont résignés à nourrir au champ dès le mois de juin. Cette mise sous perfusion précoce inquiète. « Heureusement nous avons fait une bonne coupe d’ensilage d’herbe. Les maïs s’annoncent hétérogènes. Le gros problème, c’est le stock de foin. Nous avons rentré 500 bottes quand il nous en faut 1000 à 1200 pour satisfaire les besoins du troupeau. » Face au déficit, dès le mois de juin, les chefs d’entreprise ont pris le taureau par les cornes. Pour tenter de maîtriser les coûts alimentaires d’ores et déjà promis à la hausse cet hiver, ils ont décidé de semer des cultures intermédiaires. L’objectif visé : sortir de la matière sèche. Avec quels couverts ? « Ce que l’on a trouvé en semences disponibles », précise Sébastien. De nombreux éleveurs, dans la même situation, ont eu le même réflexe que les exploitants du canton d’Argenton-Château. Début juin, derrière le triticale, 6 ha d’un mélange composé de moha et de trèfle d’Alexandrie ont été ensemencés. Au 15 juin, faute de graines de moha disponibles, 4 ha de millet perlé king avec de la vesce ont été implantés. Enfin, quelques jours après et derrière la deuxième coupe de ray-grass, c’est un millet pur qui a pris place.


Lire la suite en page 3 d'Agri79

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

19 marchés festifs tout au long de l’été
Lieu de convivialité, les MPP offrent aux agriculteurs une occasion de se faire connaître localement. Les agriculteurs se…
Le parcours hors norme de Georgina
Des terrains de handball au Gabon à l’élevage de porcs en France, Georgina Tchatchoua-Gbayuen a eu plusieurs vies. Cette femme d’…
Les curseurs techniques et humains, gages de réussite
Même si le contexte laitier est complexe, les Deux-Sèvres comptent des exploitations en bonne santé. Pour déterminer l’avenir,…
Départementales : les projets des candidats pour la ferme Deux-Sèvres
La Fnsea et les Jeunes agriculteurs des Deux-Sèvres ont convié, mercredi 9 juin, les candidats aux élections départementales pour…
Président de Capr’Inov, un exercice d’équilibriste
Avec la structuration du salon et son développement constant, le temps alloué à la préparation de Capr’Inov est important. Samuel…
La qualité de la farine donne du grain à moudre aux boulangers
Pétrir, mouler et cuire restent les gestes séculaires de la fabrication du pain, mais les ingrédients de base sont choisis selon…
Publicité