Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Activez votre compte numérique

Pour lire les articles dans leur intégralité, vous tenir informé via les newsletters et consulter la version numérique d’Agri79 dès le jeudi,

J’active mon compte numérique.

Cultures intermédiaires
Au Gaec les Deux Rivières la matière sèche fait défaut

Dès le mois de juin, le manque de foin constaté, les associés du Gaec les Deux Rivières ont semé moha et millet. Leur objectif : essayer à l’automne de reconstituer une partie du stock de foin qui fait tant défaut.

Sébastien Baron au milieu du moha semé en juin. Lequel devrait pallier le manque de fourrages de l’année, conséquence de la sécheresse printanière.
Sébastien Baron au milieu du moha semé en juin. Lequel devrait pallier le manque de fourrages de l’année, conséquence de la sécheresse printanière.
© C. P.

Chaque jour, les associés du Gaec les Deux Rivières soignent 628 bovins. Simple formalité la plupart des années mais en 2011, l’exercice s’annonce critique. « Le seul mois pendant lequel nous avons vu de l’herbe, c’est le mois d’avril. Depuis plus rien », commente Sébastien Baron, l’un des trois associés. Comme nombreux de leurs confrères, les éleveurs de La Coudre se sont résignés à nourrir au champ dès le mois de juin. Cette mise sous perfusion précoce inquiète. « Heureusement nous avons fait une bonne coupe d’ensilage d’herbe. Les maïs s’annoncent hétérogènes. Le gros problème, c’est le stock de foin. Nous avons rentré 500 bottes quand il nous en faut 1000 à 1200 pour satisfaire les besoins du troupeau. » Face au déficit, dès le mois de juin, les chefs d’entreprise ont pris le taureau par les cornes. Pour tenter de maîtriser les coûts alimentaires d’ores et déjà promis à la hausse cet hiver, ils ont décidé de semer des cultures intermédiaires. L’objectif visé : sortir de la matière sèche. Avec quels couverts ? « Ce que l’on a trouvé en semences disponibles », précise Sébastien. De nombreux éleveurs, dans la même situation, ont eu le même réflexe que les exploitants du canton d’Argenton-Château. Début juin, derrière le triticale, 6 ha d’un mélange composé de moha et de trèfle d’Alexandrie ont été ensemencés. Au 15 juin, faute de graines de moha disponibles, 4 ha de millet perlé king avec de la vesce ont été implantés. Enfin, quelques jours après et derrière la deuxième coupe de ray-grass, c’est un millet pur qui a pris place.


Lire la suite en page 3 d'Agri79

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Un entrepreneur français lance une «agence internationale de notation des sols»

L'entrepreneur Quentin Sannié, co-fondateur de Devialet (start-up hi-fi) a annoncé, dans un communiqué le 5 juin, le lancement…

Le département passe à l’acte 2 de son plan de relance
Après un premier plan d’aides annoncé le 21 avril dernier, le Conseil départemental en a entamé un deuxième, doté d’un budget…
Grégory Nivelle, nouveau président de la Fnsea 79 : « Les agriculteurs n’imposent pas un modèle, ils répondent à des attentes »
Mardi 9 juin, la nouvelle équipe de la FNSEA 79 a élu Grégory Nivelle président. L’éleveur laitier du sud Deux-Sèvres succède à l…
Quand l’installation tient à un permis de construire
Au Gaec Lactagri, à Aiffres, la relève est presque assurée : deux porteurs de projet sont dans l’attente de la construction d’un…
Guillaume Largeaud, attaché au Marais... et à faire bouger les lignes
Son passage à Top Chef Les grands duels, le 10 juin, nous a laissé sur notre faim. Portrait d’un éleveur convaincu que la…
Un cheptel en légère hausse
Thierry Baudouin raccroche après quatorze ans de présidence. Catherine Gallard et Emmanuel Turpeau prennent le relais avec de…
Publicité