Aller au contenu principal

Portes ouvertes
Bienvenue sur la ferme des Canards gras du Cébron

Les 19 et 20 avril, les adhérents du réseau « Bienvenue à la ferme » ouvriront les portes de leurs exploitations. Emmanuel Brilloux, producteur de canards gras, comptera parmi ces agriculteurs.

Emmanuel Brilloux a rejoint le réseau Bienvenue à la ferme parce « qu’il est l’image, auprès du grand public, d’une agriculture de qualité ».
Emmanuel Brilloux a rejoint le réseau Bienvenue à la ferme parce « qu’il est l’image, auprès du grand public, d’une agriculture de qualité ».
© Christelle Picaud
La transparence est, selon Emmanuel Brilloux, gage de réussite commerciale. Producteur de canards gras depuis 12 ans, l’éleveur, dont l’activité s’est développée grâce à la vente en circuits courts, abat aujourd’hui la carte de la vente directe.
Adhérent du réseau Bienvenue à la ferme depuis octobre dernier, il participera les 19 et 20 avril aux journées portes ouvertes organisées dans toute la région. L’occasion d’accueillir sur son exploitation, située à Louin au lieu-dit Champeau tous ses clients. L’opportunité de faire venir un public plus large.
Dans les années à venir, Emmanuel Brilloux aimerait développer la part du chiffre d’affaires réalisé grâce aux ventes aux particuliers.
Depuis son installation en 1996, l’entrepreneur a ajouté à l’atelier de gavage, créé sur l’exploitation familiale par ses parents (aujourd’hui en retraite), un abattoir, un atelier de découpe, une conserverie et un local de vente.
Cet équipement, progressivement aménagé dans les anciens bâtiments de la ferme, a jusqu’à présent été financé grâce aux ventes des foies gras, pâtés gourmands, confits, cuisses et autres manchons de canards chez les restaurateurs et traiteurs de la région. Les transactions avec les particuliers, aujourd’hui objectifs de l’entreprise, restent marginales. « L’exploitation a atteint son rythme de croisière », juge Emmanuel Brilloux. Sur la ferme « canards gras du Cébron », 3 500 canards Mulards sont gavés aux grains de maïs entier et transformés à l’année. Pour absorber la charge de travail, l’entrepreneur est épaulé de deux salariés à temps partiel rompus au fonctionnement de l’entreprise.
Déterminé à faire prospérer son activité, sans pour autant devenir esclave de la production, l’exploitant mise aujourd’hui sur le développement de la valeur ajoutée. Une alternative à l’industrialisation de l’activité. Cette dernière orientation, Emmanuel Brilloux avant tout éleveur, la refuse. À la quantité, il préfère la qualité. Une voie sur laquelle il semble d’ailleurs bien engagé. En 2007, l’exploitant Gâtinais décrochait la médaille de bronze au cours général à Paris, pour son foie gras de canard entier semi-conserve.
C.P.Portes ouvertes
L’exploitation d’Emmanuel Brilloux, l’EARL Canards gras du Cébron,  ouvrira ses portes le samedi 19 après-midi et dimanche 20  toute la journée. 05 49 64 61 29
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Léa Izambart
Léa veut s’installer, malgré les difficultés
Malgré une conjoncture en berne en bovins allaitants, Léa Izambart fourmille d’idées pour amener un nouveau souffle à l’…
Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Cosset et fils : le négoce dans le sang
Implanté depuis 70 ans à Saint-Pompain, dans les Deux-Sèvres, le négoce agricole Cosset et fils démarre un projet de…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
Un contexte de plus en plus porteur pour les protéines
Certaines coopératives, comme Terrena, n’ont pas attendu le plan dévoilé en décembre par l’État pour favoriser la culture de…
Publicité