Aller au contenu principal
Font Size

Commission agricultrices : l’art de tisser des liens

Au sein de la Fnsea 79, la commission agricultrices a à cœur de fédérer les agriculteurs mais aussi de créer du lien avec leurs voisins. Parfois mécontents, les ruraux ignorent trop souvent les contraintes du monde agricole.

En prenant comme support des dessins humoristiques, la
commission agricultrices tentent de sensibiliser le grand public à leurs pratiques dans la bonne humeur.
En prenant comme support des dessins humoristiques, la
commission agricultrices tentent de sensibiliser le grand public à leurs pratiques dans la bonne humeur.
© commission agricultrices

Qui dit travaux agricoles et quotidien des exploitants dit parfois désagréments pour le voisinage.  « Venir vivre à la campagne au pied des zones agricoles, c’est un choix qui a des avantages mais aussi des contraintes. Choisir ce cadre de vie, c’est accepter les pratiques développées dans les territoires par ceux qui y travaillent », rappelle Nathalie Bouteiller, éleveuse sur la commune du Tallud et présidente de la commission agricultrices de la Fnsea 79.

C’est justement pour en témoigner qu’elle et les autres membres de la commission travaillent d’arrache-pied depuis un an pour mettre au point une charte de bon voisinage. « Personne n’a envie de travailler jusqu’à deux heures du matin, par exemple. Pourtant, pour moissonner dans de bonnes conditions, nous y sommes parfois obligés», poursuit Catherine Fréjoux.

En élaborant cette charte, elles ont donc à cœur de rétablir le sens de leurs actions, leur pourquoi et, bien sûr, de renouer avec le dialogue. La commission agricultrices s’évertue donc à trouver les mots justes, les informations les plus pertinentes et les illustrations les plus humoristiques pour mettre fin aux situations conflictuelles.

Pourquoi les femmes se sont-elles saisies du sujet ? Les hommes y seraient-ils peu sensibles ? « Tout le monde y est sensible mais nous y consacrons certainement plus de temps. Sans doute parce que nous avons un autre regard, en tant que femmes et mamans, avance Christine Souchard. De la même manière, nous tentons d’organiser des événements pour nous rassembler avec les habitants dans des moments conviviaux, à l’occasion de la marche gourmande par exemple ».
Détermination et sensibilité sont donc au centre de leurs actions. Avec la charte, qui prendra la forme d’un petit livret distribué dans les mairies, écoles et autres lieux publics, elles souhaitent proposer un outil créateur de liens.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Urne, election
Deux-Sèvres : dix candidats pour deux postes de sénateurs
Dans un peu plus de huit jours, les grands électeurs voteront pour élire les deux représentants du département des Deux-Sèvres au…
Publicité