Aller au contenu principal

Des animaux génétiquement compatibles avec le robot

Victor Charles vient de s’équiper d’un robot de traite. Le jeune éleveur va désormais orienter sa sélection génétique pour accélérer la vitesse de traite. Le volume produit à l’année en dépend.

Le robot est un investissement de 150 000 €. Les aménagements ont coûté 80 000 euros supplémentaires. L’idée est en monter en production, sans augmenter le nombre d’animaux », note Victor.
Le robot est un investissement de 150 000 €. Les aménagements ont coûté 80 000 euros supplémentaires. L’idée est en monter en production, sans augmenter le nombre d’animaux », note Victor.
© C.P.

En janvier, alors qu’il prenait la suite de son père, Victor confirmait les réflexions engagées par ses prédécesseurs. En février, un robot Lely A4 était installé sur l’exploitation située à Périgné. Un outil qui doit aider le jeune producteur à développer la productivité du travail. Dans quelques semaines, alors que 2018 commencera, il sera seul pour conduire un troupeau laitier de 70 vaches et assurer les productions végétales sur les 155 ha que compte la ferme. « Je vais sous-traiter la réalisation des cultures pour me concentrer à 100 % sur la production laitière », cadre le jeune éleveur. Dès aujourd’hui, il sait que des ajustements seront à réaliser. « Le robot ne règle pas mon problème d’astreinte le week-end », cible-il. Une réflexion sur l’emploi, via le service de remplacement peut-être, sera ouverte prochainement. Dans un premier temps, c’est à l’optimisation de la production avec ce nouvel outil qu’il se consacre. « Ça passe par le travail de la génétique », certifie ce féru de sélection. Sur l’élevage qui compte 70 vaches en production, le troupeau a progressé de 10 points d’ISU en 4 ans. Toutes les génisses nées sur l’exploitation sont génotypées. Un investissement dont le coût a fortement baissé ces dernières années. Facturée 77 € la bête en 2012, aujourd’hui la prestation coûte 39 € par animal. 38 caractères sont mesurés. « Cette connaissance permet de réduire la part de hasard qui accompagne tout travail sur la génétique. Elle permet toujours plus de précision. En réalisant des accouplements raisonnés sur les qualités réelles, on accélère la progression », explique Victor.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Le parcours hors norme de Georgina
Des terrains de handball au Gabon à l’élevage de porcs en France, Georgina Tchatchoua-Gbayuen a eu plusieurs vies. Cette femme d’…
Les curseurs techniques et humains, gages de réussite
Même si le contexte laitier est complexe, les Deux-Sèvres comptent des exploitations en bonne santé. Pour déterminer l’avenir,…
Départementales : les projets des candidats pour la ferme Deux-Sèvres
La Fnsea et les Jeunes agriculteurs des Deux-Sèvres ont convié, mercredi 9 juin, les candidats aux élections départementales pour…
Président de Capr’Inov, un exercice d’équilibriste
Avec la structuration du salon et son développement constant, le temps alloué à la préparation de Capr’Inov est important. Samuel…
La qualité de la farine donne du grain à moudre aux boulangers
Pétrir, mouler et cuire restent les gestes séculaires de la fabrication du pain, mais les ingrédients de base sont choisis selon…
Les poulaillers, une option toujours prisée
Pour sécuriser une trésorerie ou pérenniser un emploi, de nombreux exploitants montent des ateliers volailles en parallèle de…
Publicité