Aller au contenu principal

Des animaux génétiquement compatibles avec le robot

Victor Charles vient de s’équiper d’un robot de traite. Le jeune éleveur va désormais orienter sa sélection génétique pour accélérer la vitesse de traite. Le volume produit à l’année en dépend.

Le robot est un investissement de 150 000 €. Les aménagements ont coûté 80 000 euros supplémentaires. L’idée est en monter en production, sans augmenter le nombre d’animaux », note Victor.
Le robot est un investissement de 150 000 €. Les aménagements ont coûté 80 000 euros supplémentaires. L’idée est en monter en production, sans augmenter le nombre d’animaux », note Victor.
© C.P.

En janvier, alors qu’il prenait la suite de son père, Victor confirmait les réflexions engagées par ses prédécesseurs. En février, un robot Lely A4 était installé sur l’exploitation située à Périgné. Un outil qui doit aider le jeune producteur à développer la productivité du travail. Dans quelques semaines, alors que 2018 commencera, il sera seul pour conduire un troupeau laitier de 70 vaches et assurer les productions végétales sur les 155 ha que compte la ferme. « Je vais sous-traiter la réalisation des cultures pour me concentrer à 100 % sur la production laitière », cadre le jeune éleveur. Dès aujourd’hui, il sait que des ajustements seront à réaliser. « Le robot ne règle pas mon problème d’astreinte le week-end », cible-il. Une réflexion sur l’emploi, via le service de remplacement peut-être, sera ouverte prochainement. Dans un premier temps, c’est à l’optimisation de la production avec ce nouvel outil qu’il se consacre. « Ça passe par le travail de la génétique », certifie ce féru de sélection. Sur l’élevage qui compte 70 vaches en production, le troupeau a progressé de 10 points d’ISU en 4 ans. Toutes les génisses nées sur l’exploitation sont génotypées. Un investissement dont le coût a fortement baissé ces dernières années. Facturée 77 € la bête en 2012, aujourd’hui la prestation coûte 39 € par animal. 38 caractères sont mesurés. « Cette connaissance permet de réduire la part de hasard qui accompagne tout travail sur la génétique. Elle permet toujours plus de précision. En réalisant des accouplements raisonnés sur les qualités réelles, on accélère la progression », explique Victor.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Influenza Aviaire, Deux-Sèvres, Augé
Grippe aviaire : le sud-ouest des Deux-Sèvres concerné par des mesures de prévention
Le virus hautement pathogène H5N8 a été détecté le 20 octobre sur deux cygnes tuberculés aux Pays-Bas. Pour limiter les risques d…
La Caveb veut rester un acteur majeur de la viande rouge
Lors du point presse précédent son assemblée générale, le mercredi 30 septembre, la coopérative agricole de Châtillon-sur-Thouet…
Manifestation de Bassines non merci en opposition au projet de réserves des la Sèvre niortaise.
La transition agroécologique, l’enjeu des réserves de substitution
Partisans et opposants parlent de la nécessaire transition agro-écologique. Pour les premiers les réserves de substitutions sont…
À 50 ans, la Corel affiche sa bonne santé commerciale
La coopérative d’élevage a tenu son assemblée générale le jeudi 24 septembre. Avec un nouveau directeur et un nouveau président,…
Plombier, il arrête tout pour reprendre la ferme de son père
Mathieu Moreau, plombier chauffagiste depuis quinze ans, a eu un déclic pendant le confinement : c’est peut-être à lui de…
Charolais, Julien Bonnet
Concourir pour promouvoir la race charolaise : mais pas à Bressuire cette année
La nouvelle vient de tomber. Les Conviviales d'automne n'auront pas lieu en 2020. La covid-19 aura eu raison de cet évènement qui…
Publicité