Aller au contenu principal

Des enquêtes épidémiologiques pour contenir la diffusion du virus

Les services de la DDCSPP tracent le virus dans l’objectif de contenir l’épidémie et d’identifier les vecteurs de propagation. À partir de ces enquêtes, des mesures de précaution sont définies. La protection des élevages est la finalité de cette démarche.

Les élevages infectés font l’objet d’une enquête épidémiologique. Identifier l’origine de la contamination et éviter la propagation du virus est l’objet de ce travail mené par la DDCSPP.
Les élevages infectés font l’objet d’une enquête épidémiologique. Identifier l’origine de la contamination et éviter la propagation du virus est l’objet de ce travail mené par la DDCSPP.
© Pascal Le Douarin

Chaque cas de grippe aviaire confirmé dé-clenche une enquête épidémiologique. « Il s’agit, par la collecte, l’analyse et le recoupement des informations, d’essayer d’identifier d’où vient le virus et s’il a pu, à partir de l’élevage infecté, être transporté ailleurs », explique Philippe Seinger, directeur départemental adjoint de la DDCSPP. Les exploitants des trois élevages deux-sévriens concernés par la grippe aviaire ont été enquêtés par les services vétérinaires épaulés par l’Anses, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail.
La première étape consiste à découvrir l’élevage (espèces, organisation…), son environnement géographique et professionnel, définir les pratiques de l’exploitant, identifier les liens entre cette ferme et les fermes voisines. Dans un second temps, à partir du témoignage de l’éleveur et des documents qu’il est en mesure de fournir aux services de l’État, une liste des tiers venus sur l’exploitation au cours des trois semaines qui ont précédé la confirmation du cas est dressée. « Le temps d’incubation de la maladie étant de trois semaines environ, nous nous intéressons à tous les vecteurs potentiels du virus sur cette période », cadre Philippe Seinger. Identifier l’origine de la contamination est ici l’objectif.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Cosset et fils : le négoce dans le sang
Implanté depuis 70 ans à Saint-Pompain, dans les Deux-Sèvres, le négoce agricole Cosset et fils démarre un projet de…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
Publicité