Aller au contenu principal
Font Size

Activez votre compte numérique

Pour lire les articles dans leur intégralité, vous tenir informé via les newsletters et consulter la version numérique d’Agri79 dès le jeudi,

J’active mon compte numérique.

Difficile évaluation des populations de gibier quelques jours avant l’ouverture

L’ouverture de la chasse aura lieu le 14 septembre dans le département et le 28 septembre pour la commune de Niort. L’incertitude demeure sur les populations de gibier compte tenu des conditions climatiques de l’hiver et du printemps.

Les amateurs de lapins doivent faire face à une diminution des populations, à cause des maladies principalement, 
« malgré l’encouragement à installer des garennes artificielles ».
Les amateurs de lapins doivent faire face à une diminution des populations, à cause des maladies principalement,
« malgré l’encouragement à installer des garennes artificielles ».
© réussir

Cette année, la pluviométrie a été favorable à une végétation qui s’est développée de façon inhabituelle. Elle constitue ainsi un couvert idéal pour le petit gibier, si bien qu’il est difficile d’en estimer le nombre.
« C’est la grande incertitude de cette campagne de chasse » qui ouvrira le 14 septembre, à l’exception de Niort et du lièvre sur l’ensemble du département, où elle est repoussée au 28 septembre. Toutefois, précise le président, Guy Guédon, « chaque association peut décider de retarder l’ouverture ou d’anticiper la fermeture de la chasse à certaines espèces ».
Pour le lièvre cependant, les conditions climatiques ont été meilleures cet hiver et au printemps, ce qui a favorisé les portées précoces. Les chasseurs ont donc bon espoir que la saison soit plus satisfaisante que l’année dernière. Car, les comptages ont révélé une baisse de 20% de l’indice kilométrique qui se trouve être au plus bas depuis huit ans. La baisse des prélèvements a été évaluée à 40%, par rapport aux années précédentes. « Les chasseurs sont devenus responsables de la gestion de la faune », souligne le président, satisfait de voir des fermetures anticipées dans le but de ne pas compromettre le potentiel à venir. Ces décisions locales s’inscrivent dans la mise en place de plans de chasse qui ont été généralisés.
Lire la suite dans Agri 79

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

S’installer hors cadre familial : saisir l'opportunité
Audrey Pelletier a rejoint l’équipe du Gaec du Petit Chauveux en juin 2020, après un stage parrainage d’un an. Passionnée par l’…
Le chanvre français prépare le virage de la fleur
Dans le cadre de l'expérimentation en France du cannabis à fins thérapeutiques, l'Agence nationale du médicament (ANSM) devrait …
Et soudain, Exoudun... un village bouillonnant
Au centre d’un triangle St-Maixent-Melle-Lusignan, à équidistance de Poitiers et de Niort, se niche à flanc de colline le village…
Le boom des brasseries artisanales
Les brasseries artisanales fleurissent en France, avec 328 ouvertures de brasseries cette année. Les Deux-Sèvres sont aussi…
Coloré, l'enrubannage exprime la solidarité
On les voit se multiplier dans les champs depuis 2017. A l’initiative du fabricant de film plastique trioplast, les bottes de…
Agriculture de conservation, Deux-Sèvres.
La plante nourrit les animaux, les racines le sol
Noam Cornuault organisera sur son exploitation, à l’automne, avec la chambre d’agriculture, un rendez-vous des couverts. Il…
Publicité