Aller au contenu principal

Enseignement : Cherche apprentis

L'heure de la rentrée des classes a sonné. Après le point sur les MFR dans notre édition du 6 septembre, voici un focus sur les lycées publics du département. Des places d'apprentis sont encore à prendre dans les lycées de Melle, Niort et Bressuire.

L'enseignement agricole public attire toujours autant en Deux-Sèvres. Les effectifs sont stables, dans l'ensemble, à l'EPLEFPA Terres et Paysages Sud Deux-Sèvres, qui regroupe les lycées agricoles Jacques Bujault, à Melle, et Gaston Chaissac, à Niort, et en légère progression au campus des Sicaudières, à Bressuire (+ 15 %, c'est-à-dire + 30 élèves étudiants). Au lycée de Melle, 308 élèves se sont inscrits cette année ; à Niort, 187 ; et à Bressuire, 221.

Mais il reste des places vacantes, notamment en apprentissage. « Les patrons sont en souffrance d'apprentis, va même jusqu'à dire le nouveau directeur de l'EPLEFPA Terres et Paysages Sud Deux-Sèvres, Benoît Dieltiens. Une dizaine d'entreprises de travaux paysagers et autant de maraîchers cherchent des apprentis ». À Bressuire, ce sont surtout les apprentis de l'agroalimentaire qui sont recherchés ; en agriculture, laboratoire et paysages, des places sont toutefois encore à prendre aussi.

Deux « petits nouveaux »

Les nouveautés de cette rentrée, dans le public ? Les enseignements pédagogiques vont pouvoir démarrer à la fromagerie de Melle et le campus des Sicaudières a ouvert un nouveau BTS, le BTS BioAC, pour BioAnalyses et Contrôles ; une ouverture qui a « bien fonctionné », d'après le nouveau directeur du lycée de Bressuire, Jérôme Jacques, puisque le BTS a recruté vingt étudiants. Benoît Dieltiens informe, par ailleurs, que l'exploitation de Chantemerle, du lycée Gaston Chaissac, sera le théâtre, début janvier, des présélections nouvelles-aquitaines aux Olympiades des métiers 2020.
Et il y a aussi deux « petits nouveaux », en Deux-Sèvres, comme disent les profs : les directeurs des établissements publics agricoles, eux-mêmes !

Benoît Dieltiens fait carrière dans l'enseignement agricole, montant progressivement les échelons, depuis vingt ans : de surveillant, il a été enseignant de mathématiques et de sciences physiques, puis proviseur adjoint à Mâcon (71) et à Fontenay-le-Comte (85), proviseur à Le Neubourg (27) et, ces trois dernières années, directeur à Saint-Yrieix-la-Perche (87), avant de prendre la direction de l'EPLEFPA Terres et Paysages Sud Deux-Sèvres.

Jérôme Jacques, lui, était directeur de l'EPLEFPA de Vic-en-Bigorre (65) avant de devenir celui de Bressuire. « Cela fait 22 ans que je travaille au sein du ministère de l'agriculture et de l'alimentation », précise-t-il. Benoît Dieltiens et lui ont donc quasiment la même ancienneté. Jérôme Jacques a aussi occupé différents postes dans l'enseignement agricole, dont ceux de directeur adjoint en charge de la pédagogie, directeur d'exploitation agricole, enseignant en lycée et formateur pour les apprentis. Il rappelle que le facteur de l'insertion professionnelle est supérieur à 85 % pour les diplômés issus de formations agricoles, comme lui, qui est diplômé en horticulture et paysages.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
S’employer chaque jour à faire avancer le projet
Le projet de stockage d’eau à des fins agricoles sur le bassin de la Sèvre niortaise entre dans sa phase de concrétisation. Alors…
Publicité