Aller au contenu principal

Flash technique sur les programmes lumineux en caprins

Le groupe animé par la chambre d’agriculture s’est intéressé à la reproduction lors de sa journée technique du 4 juillet. Lisa Johnson a expliqué la saisonnalité des chèvres. Comprendre ce phénomène est nécessaire pour améliorer des résultats de la reproduction.

La mise en place d’un rétroplanning a été conseillée au cours de cette rencontre technique. Il doit préciser les périodes de traitement lumineux, la pose des implants IA, les échographies...
La mise en place d’un rétroplanning a été conseillée au cours de cette rencontre technique. Il doit préciser les périodes de traitement lumineux, la pose des implants IA, les échographies...
© N.C.

Les chèvres sont des reproductrices saisonnées. La technique visant la mise en œuvre de la reproduction doit tenir compte de cette particularité. En anoestrus de mai à août, elles n’ont pas d’ovulation pendant cette période. La saisonnalité est liée à la photopériode, c’est-à-dire le rapport entre la durée du jour et la durée de la nuit. La Mélatonine, hormone secrétée la nuit, est le messager de la photopériode. Quand les jours rallongent, la reproduction est inhibée et elle est activée quand les jours raccourcissent.


Ce phénomène saisonnier est moins marqué chez les boucs. Toutefois, on observe également chez le reproducteur mâle des variations d’activité et de qualité de semences. « Il y a un réel intérêt à bien les préparer. De ce travail dépendra leur capacité à stimuler correctement les chèvres », expliquait Lisa Johnson, chargée de missions reproduction caprine à Évolution lors de la journée technique du 4 juillet qui a eu lieu à Chantecorps, chez Erick Veillon.


La saisonnalité de la reproduction dont il faut tenir compte pour obtenir de bons résultats présente un avantage majeur. « L’effet bouc » est une technique efficace en caprin qui permet de grouper les mises bas. En effet, juste avant la saison sexuelle, et après une séparation de deux mois (aucun contact vue, ouïe, odeur), l’introduction du bouc avec les femelles permet de déclencher de façon groupée les chaleurs des chèvres.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Lettre d’un agriculteur à ses voisins

Je me permets de vous adresser ce courrier car (...) la période des semis des cultures approche à grand pas. J’exploite des…

La maraîchine, une bière locale « du champ au verre »
Deux brasseries artisanales, ancrées dans le Marais poitevin, se sont associées pour créer une nouvelle bière marquée « Valeurs…
La mort du bovin viande

Une nouvelle Pac se profile !

Le ministère propose une remise en cause du montant de l’enveloppe dédiée à la…

Le cuir, une histoire de famille
Rebecca Larapidie a créé Abak’art, sa marque de maroquinerie, pour laquelle elle utilise exclusivement les peaux de bovins élevés…
Un concours réussi et une belle dynamique au marché ovin de Parthenay
Le concours annuel des agneaux a donné lieu à une belle présentation, de l’avis des organisateurs. Au marché au cadran, la…
Les jeunes agriculteurs organisent un repas 100% local
Moteurs de la vie rurale, les Jeunes agriculteurs vont proposer aux Deux-Sévriens un repas complet, le samedi 1er mai…
Publicité