Aller au contenu principal
Font Size

Flash technique sur les programmes lumineux en caprins

Le groupe animé par la chambre d’agriculture s’est intéressé à la reproduction lors de sa journée technique du 4 juillet. Lisa Johnson a expliqué la saisonnalité des chèvres. Comprendre ce phénomène est nécessaire pour améliorer des résultats de la reproduction.

La mise en place d’un rétroplanning a été conseillée au cours de cette rencontre technique. Il doit préciser les périodes de traitement lumineux, la pose des implants IA, les échographies...
La mise en place d’un rétroplanning a été conseillée au cours de cette rencontre technique. Il doit préciser les périodes de traitement lumineux, la pose des implants IA, les échographies...
© N.C.

Les chèvres sont des reproductrices saisonnées. La technique visant la mise en œuvre de la reproduction doit tenir compte de cette particularité. En anoestrus de mai à août, elles n’ont pas d’ovulation pendant cette période. La saisonnalité est liée à la photopériode, c’est-à-dire le rapport entre la durée du jour et la durée de la nuit. La Mélatonine, hormone secrétée la nuit, est le messager de la photopériode. Quand les jours rallongent, la reproduction est inhibée et elle est activée quand les jours raccourcissent.


Ce phénomène saisonnier est moins marqué chez les boucs. Toutefois, on observe également chez le reproducteur mâle des variations d’activité et de qualité de semences. « Il y a un réel intérêt à bien les préparer. De ce travail dépendra leur capacité à stimuler correctement les chèvres », expliquait Lisa Johnson, chargée de missions reproduction caprine à Évolution lors de la journée technique du 4 juillet qui a eu lieu à Chantecorps, chez Erick Veillon.


La saisonnalité de la reproduction dont il faut tenir compte pour obtenir de bons résultats présente un avantage majeur. « L’effet bouc » est une technique efficace en caprin qui permet de grouper les mises bas. En effet, juste avant la saison sexuelle, et après une séparation de deux mois (aucun contact vue, ouïe, odeur), l’introduction du bouc avec les femelles permet de déclencher de façon groupée les chaleurs des chèvres.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité