Aller au contenu principal
Font Size

Activez votre compte numérique

Pour lire les articles dans leur intégralité, vous tenir informé via les newsletters et consulter la version numérique d’Agri79 dès le jeudi,

J’active mon compte numérique.

Flash technique sur les programmes lumineux en caprins

Le groupe animé par la chambre d’agriculture s’est intéressé à la reproduction lors de sa journée technique du 4 juillet. Lisa Johnson a expliqué la saisonnalité des chèvres. Comprendre ce phénomène est nécessaire pour améliorer des résultats de la reproduction.

La mise en place d’un rétroplanning a été conseillée au cours de cette rencontre technique. Il doit préciser les périodes de traitement lumineux, la pose des implants IA, les échographies...
La mise en place d’un rétroplanning a été conseillée au cours de cette rencontre technique. Il doit préciser les périodes de traitement lumineux, la pose des implants IA, les échographies...
© N.C.

Les chèvres sont des reproductrices saisonnées. La technique visant la mise en œuvre de la reproduction doit tenir compte de cette particularité. En anoestrus de mai à août, elles n’ont pas d’ovulation pendant cette période. La saisonnalité est liée à la photopériode, c’est-à-dire le rapport entre la durée du jour et la durée de la nuit. La Mélatonine, hormone secrétée la nuit, est le messager de la photopériode. Quand les jours rallongent, la reproduction est inhibée et elle est activée quand les jours raccourcissent.


Ce phénomène saisonnier est moins marqué chez les boucs. Toutefois, on observe également chez le reproducteur mâle des variations d’activité et de qualité de semences. « Il y a un réel intérêt à bien les préparer. De ce travail dépendra leur capacité à stimuler correctement les chèvres », expliquait Lisa Johnson, chargée de missions reproduction caprine à Évolution lors de la journée technique du 4 juillet qui a eu lieu à Chantecorps, chez Erick Veillon.


La saisonnalité de la reproduction dont il faut tenir compte pour obtenir de bons résultats présente un avantage majeur. « L’effet bouc » est une technique efficace en caprin qui permet de grouper les mises bas. En effet, juste avant la saison sexuelle, et après une séparation de deux mois (aucun contact vue, ouïe, odeur), l’introduction du bouc avec les femelles permet de déclencher de façon groupée les chaleurs des chèvres.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Le département passe à l’acte 2 de son plan de relance
Après un premier plan d’aides annoncé le 21 avril dernier, le Conseil départemental en a entamé un deuxième, doté d’un budget…
Quand l’installation tient à un permis de construire
Au Gaec Lactagri, à Aiffres, la relève est presque assurée : deux porteurs de projet sont dans l’attente de la construction d’un…
Les Marchés de Producteurs de Pays maintenus 

La chambre d’agriculture a souhaité maintenir les Marchés de Producteurs de Pays de l’été pour compenser le manque à gagner…

Guillaume Largeaud, attaché au Marais... et à faire bouger les lignes
Son passage à Top Chef Les grands duels, le 10 juin, nous a laissé sur notre faim. Portrait d’un éleveur convaincu que la…
Grossiste, éleveur, restaurateur : ils se lancent dans l’ultralocal
Fin juin, les frères Giraud, éleveurs de Limousines et Charolaises, ont vendu une nouvelle vache au grossiste bressuirais…
Un cheptel en légère hausse
Thierry Baudouin raccroche après quatorze ans de présidence. Catherine Gallard et Emmanuel Turpeau prennent le relais avec de…
Publicité