Aller au contenu principal
Font Size

Activez votre compte numérique

Pour lire les articles dans leur intégralité, vous tenir informé via les newsletters et consulter la version numérique d’Agri79 dès le jeudi,

J’active mon compte numérique.

Fnsea 79 et JA 79 ciblent les plus mauvais élèves

Malgré les Etats généraux de l’alimentation et la charte « de bonne conduite », les représentants des entreprises agroalimentaires et de la distribution, ne jouent pas le jeu, selon la Fnsea.

Les propriétaires d’Intermarché, à Aiffres, ont promis de faire remonter les contestations des agriculteurs jusqu’à leur centrale d’achat. Celle-ci leur fournit 95% des produits vendus dans le magasin.
Les propriétaires d’Intermarché, à Aiffres, ont promis de faire remonter les contestations des agriculteurs jusqu’à leur centrale d’achat. Celle-ci leur fournit 95% des produits vendus dans le magasin.
© Fnsea 79

«Il est évident que certains industriels et distributeurs ne jouent pas le jeu ! », dénoncent les représentants syndicaux. Ce constat sans appel est tiré du comité de suivi des relations commerciales tenu le vendredi 19 janvier. Manifestement, la charte d’engagement visant à lever la pression sur les prix n’est pas appliquée.
« Les États généraux de l’alimentation ne doivent pas rester lettre morte. Le gouvernement s’est engagé à faire changer le système », criaient haut et fort les agriculteurs mobilisés jeudi 8 décembre. Pour obtenir la juste rémunération promise, une cinquantaine d’agriculteurs, adhérents de la Fnsea 79 et JA 79, étaient mobilisés jeudi 8 février.

ICHN : Les Deux-Sèvres mobilisés

C’est le fumier de la colère que la Fnsea 79 et JA 79 sont allés déverser dans la nuit de vendredi 9 et samedi 10 février devant la préfecture des Deux-Sèvres, mais également devant les bâtiments publics de Parthenay et Bressuire. Vendredi dans la journée, les propositions d’une énième réunion de travail au ministère de l’agriculture tombaient comme un couperet. Contre toute attente et loin des espoirs laissés lors d’une rencontre entre les syndicalistes et le conseiller du ministre le lundi qui a suivi la grande manifestation intersyndicale du 26 janvier à Parthenay, seuls les éleveurs installés sur l’une des communes du Marais poitevin pourraient garder l’indemnité compensatoire de handicap naturel. À ce qu’ils nomment « trahison », les syndicalistes répondent par un déversement de colère. Depuis le début de la semaine, ils bloquent tout le département. Mercredi soir, 20 à 25 personnes sur chacun des 9 points de blocages étaient mobilisées, pas question d’abandonner l’élevage.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

S’installer hors cadre familial : saisir l'opportunité
Audrey Pelletier a rejoint l’équipe du Gaec du Petit Chauveux en juin 2020, après un stage parrainage d’un an. Passionnée par l’…
Le chanvre français prépare le virage de la fleur
Dans le cadre de l'expérimentation en France du cannabis à fins thérapeutiques, l'Agence nationale du médicament (ANSM) devrait …
Et soudain, Exoudun... un village bouillonnant
Au centre d’un triangle St-Maixent-Melle-Lusignan, à équidistance de Poitiers et de Niort, se niche à flanc de colline le village…
Le boom des brasseries artisanales
Les brasseries artisanales fleurissent en France, avec 328 ouvertures de brasseries cette année. Les Deux-Sèvres sont aussi…
Coloré, l'enrubannage exprime la solidarité
On les voit se multiplier dans les champs depuis 2017. A l’initiative du fabricant de film plastique trioplast, les bottes de…
Grossiste, éleveur, restaurateur : ils se lancent dans l’ultralocal
Fin juin, les frères Giraud, éleveurs de Limousines et Charolaises, ont vendu une nouvelle vache au grossiste bressuirais…
Publicité