Aller au contenu principal

Grouper les vêlages pour une harmonie dans le travail de l’exploitation

Au Gaec La Closerie, à Chanteloup, la conduite des 95 vaches allaitantes charolaises est orchestrée pour que le temps consacré au troupeau s’accorde bien avec le travail important que génèrent les 5 ha de tabac.

Les associés du Gaec La Closerie investissent 4 euros par vache dans l’échographie, un coût nécessaire pour « mieux préparer les vaches, adapter les rations et gérer les temps de surveillance ».
Les associés du Gaec La Closerie investissent 4 euros par vache dans l’échographie, un coût nécessaire pour « mieux préparer les vaches, adapter les rations et gérer les temps de surveillance ».
© S.B.

C’est Nicolas Baudouin, un des trois associés du Gaec La Closerie de Chanteloup qui compose chaque année avec les 110 vêlages des vaches et génisses. Tout commence à la reproduction et surtout à l’échographie. Les génisses préparées pour un vêlage à trois ans sont inséminées du 2 décembre au 10 mars. Après deux cycles, le taureau prend la relève. Les vaches sont alors en monte naturelle du 20 décembre au 10 mars. « Un décalage d’un cycle par rapport aux génisses pour pouvoir mieux surveiller ces dernières au vêlage », indique Nicolas. L’éleveur ne laisse rien au hasard et l’échographie est primordiale dans la planification annuelle.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
S’employer chaque jour à faire avancer le projet
Le projet de stockage d’eau à des fins agricoles sur le bassin de la Sèvre niortaise entre dans sa phase de concrétisation. Alors…
Publicité