Aller au contenu principal

Guillaume Rivet lâche la scène pour la ferme

L’Earl Privalait produit 580 000 litres de lait. L’installation de Guillaume repose sur l’optimisation du système. A court terme, les associés veulent atteindre leur référence, 600 000 litres, en maîtrisant les charges de production.

Guillaume Rivet vient de s’installer avec ses parents Patrice et Valérie. Le développement d’un système économe et productif est la stratégie qu’il compte développer.
Guillaume Rivet vient de s’installer avec ses parents Patrice et Valérie. Le développement d’un système économe et productif est la stratégie qu’il compte développer.
© C.P.

Àl’intermittence, Guillaume a préféré la constance. Au sein du « Gaec Privalait », statut juridique de l’exploitation le premier novembre passé, le jeune éleveur sait que l’intensité du travail ne sera pas inférieure à celle connue alors qu’il honorait des missions de sonorisation. En revanche, le technicien son de formation l’a mesuré au cours des trois dernières années, il gagnera en stabilité. À 28 ans, après une période de salariat sur la ferme familiale, Guillaume Rivet, lâche le statut d’intermittent du spectacle pour devenir agriculteur. Avec ses parents à Neuvy Bouin, celui dont le métier était de dompter l’amplitude des ondes sonores se prépare à maîtriser les variations du prix du litre de lait.
Sur l’exploitation qui livrait 580 000 litres de lait en 2016 à la laiterie de Pamplie, Guillaume a déjà fait des choix. « Compte tenu du contexte, je pense que l’avenir est loin du système qui, toutes ces dernières années, à fait vivre mes parents ». Plutôt que la quantité de lait produite, le jeune exploitant cherchera l’optimum économique, travaillera à la maîtrise des charges et au développement de la qualité du lait. « Sur la ferme, 15 ha peuvent être irrigués », précise Guillaume. Une technique mise au service de la production fourragère. « L’eau permet de sécuriser la production de maïs ensilage ». Depuis trois ans, le pâturage tournant dynamique renforce la stratégie visant à augmenter le taux d’autonomie alimentaire.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Flavien, éleveur de chèvres : « Les rencontres ont fait mûrir mon projet »
Déterminé depuis l’enfance à devenir agriculteur, Flavien Favre a bâti pas à pas son projet. Sa formation et ses expériences sur…
Les jeunes agriculteurs organisent un repas 100% local
Moteurs de la vie rurale, les Jeunes agriculteurs vont proposer aux Deux-Sévriens un repas complet, le samedi 1er mai…
Lettre d’un agriculteur à ses voisins

Je me permets de vous adresser ce courrier car (...) la période des semis des cultures approche à grand pas. J’exploite des…

Quand les haies chauffent le plancher des poules
A la faveur de l’installation d’un jeune agriculteur, en mai 2020, le Gaec Baulieu, à Echiré, a investi dans de nouveaux…
La maraîchine, une bière locale « du champ au verre »
Deux brasseries artisanales, ancrées dans le Marais poitevin, se sont associées pour créer une nouvelle bière marquée « Valeurs…
Sécheresse, printemps, Deux-Sèvre, élevage, céréales.
Chaque jour qui passe entame le potentiel des cultures fragilisées par le gel
En un mois, l’excellent potentiel créé par les conditions météo de l’hiver est largement entamé. Chaleur en mars, froid, vent d’…
Publicité