Aller au contenu principal

Commerce
« Il y a urgence à définir un nouveau rapport de force »

À l’heure où s’ouvre la période de négociation des prix des denrées alimentaires, Fnsea et JA 79 invitent les organismes professionnels à s’unir avec eux pour peser plus lourd face aux GMS.

Thierry Bernier, président de la section bovine Fnsea
© Chloé Poitau

La convocation était sans appel, le communiqué de la Fnsea et des JA 79 annonçant une « mise à mort de l’agriculture » si aucun modus vivendi commun n’était trouvé. Mais parmi les 17 organisations professionnelles (OP) destinataires de l’invitation, aucune ne s’est présentée au rendez-vous, trois seulement s’excusant de leur absence. « Cela réduit nos chances de trouver une stratégie commune, déplore Alain Chabauty, président de la Fnsea 79. Pour la première fois, nous voulions proposer aux OP de les accompagner dans les négociations avec les GMS, afin de ne plus les laisser seuls faire figure de pot de terre contre le pot de fer de la grande distribution. Si nous ne collaborons pas pour aller chercher les prix ensemble, nous signons l’arrêt de mort de l’agriculture et, à terme, des intermédiaires transformateurs ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Léa Izambart
Léa veut s’installer, malgré les difficultés
Malgré une conjoncture en berne en bovins allaitants, Léa Izambart fourmille d’idées pour amener un nouveau souffle à l’…
Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Cosset et fils : le négoce dans le sang
Implanté depuis 70 ans à Saint-Pompain, dans les Deux-Sèvres, le négoce agricole Cosset et fils démarre un projet de…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
Un contexte de plus en plus porteur pour les protéines
Certaines coopératives, comme Terrena, n’ont pas attendu le plan dévoilé en décembre par l’État pour favoriser la culture de…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Publicité