Aller au contenu principal

Congrès
JA propose de modifier le financement de l’installation

Les Jeunes Agriculteurs, qui se sont réunis pour leur 45e congrès à Rodez du 7 au 9 juin, proposent dans leur rapport d’orientation une « modification du mode de financement de l’installation ».

DR
DR
© La Volonté Paysanne de l'Aveyron

« Une modification du mode de financement de l’installation est nécessaire pour s’adapter aux modèles agricoles de demain », écrivent Nicolas Maurel, Laurent Poirier et Arnaud Tachon dans le rapport d’orientation du 45e congrès de Rodez, qui s’est déroulé du 7 au 9 juin. Ce rapport s’intitule « Finançons, développons, transmettons : construisons l’agriculture de demain ! » L’idée est « de trouver d’autres moyens de financement des installations », souligne Jean-Michel Schaeffer, le président des JA. Les aides financières à la reprise et à la création d’entreprise agricoles ne peuvent plus être simplement « un coup de pouce au démarrage », soulignent les JA. « Les exploitations doivent se moderniser sans cesse, trouver de nouveaux projets pour pouvoir créer de la valeur ajoutée et dégager du revenu », souligne le rapport. C’est pourquoi sur le sujet du prêt bonifié, les JA proposent l’utilisation de la bonification des prêts couverte par l’Etat pour constituer une forme de garantie sur livret pour le jeune agriculteur. « On diminue ainsi la notion des risques. » Les jeunes pourront ainsi plus facilement investir dans de nouveaux projets tout au long de leur carrière avec cette forme de cautionnement.Autre piste : transformer le plan de développement économique (ex-Epi : étude prévisionnelle d’installation) en un véritable « business plan ». Ce plan devrait intégrer les investissements nécessaires à l’exploitation agricole. Par ailleurs, la Dotation jeunes agriculteurs (DJA) doit être « dépoussiérée », avancent les JA. « Il y a des dérives dans l’utilisation de la DJA », ajoutent-ils. L’enjeu serait également de « nantir » les DJA pour faciliter le cautionnement de nouveaux investissements.  Evidemment, ces pistes devaient être soumises à discussion lors de la séance des amendements du rapport d’orientation le mercredi 8 juin. Tout comme la volonté du syndicat d’aboutir à « une réelle professionnalisation des agriculteurs ». « Formation initiale et formation continue sont essentielles pour la réussite des jeunes porteurs de projet de demain », concluent les JA.

Stockage de l’eau

« Monsieur le ministre, les Jeunes agriculteurs sont les premiers à vouloir réfléchir (et agir) sur le long terme, notamment sur la solution du stockage de l’eau. Alors que cette solution intelligente permettrait d’irriguer les récoltes en période de sécheresse, sa mise en œuvre réelle semble pourtant piétiner en France depuis des années... », soulignent les Jeunes agriculteurs dans un communiqué. « L’hiver il pleut. Est-ce que ce n’est pas du bon sens que se réserver un peu de cette eau en vue des périodes où les plantes en ont le plus besoin ? », s’interroge le syndicat qui fustige les tentations de «  mauvais procès ». « Ce n’est pas parce que l’on stocke l’eau que l’on fera forcément n’importe quoi avec ! Nous sommes des acteurs responsables, nous pensons aux prochaines générations d’agriculteurs et à tous les autres usagers, qui connaîtront sûrement hélas d’autres sécheresses ». « Nous demandons une politique active et volontariste auprès des agriculteurs pour que le stockage de l’eau en France soit organisé au niveau national », concluent les JA.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
La vente de taureaux des Sicaudières se tiendra en présentiel et en ligne
Le 12 mars, la station d’évaluation du lycée agricole de Bressuire proposera 35 taureaux à la vente. Dernière vente de charolais…
Publicité