Aller au contenu principal

La guerre des prix fait toujours rage, dénonce l’Ania

© Ania

Sur fond de guerre des prix toujours vive en rayons, l’impact de la crise risque d’être profond et durable pour le secteur agroalimentaire, regrette l’Ania (industries agroalimentaires) le 17 juillet en publiant sa note de conjoncture pour le premier semestre 2020. Selon la fédération, la déflation sur les produits alimentaires de grande consommation est de 1,3% sur les six premiers mois de l’année. Un rythme de baisse des prix proche de celui «enregistré au plus fort de la guerre des prix, entre 2013 et 2015». Et cette déflation concerne désormais tous les rayons, des plus grandes marques aux marques de distributeurs, assure la note. «Après une année 2019 d’accalmie, le cru 2020 marque le retour de la déflation, alimentant une spirale destructrice de valeur pour les 17 000 entreprises agroalimentaires», dénonce l’Ania qui prévient que «les choix en termes de politiques publiques risquent d’être déterminants pour la première industrie de France».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

PCAE : 80 millions d’euros sur un an, du jamais vu
L’enveloppe de cette année permettra de financer plus du double des projets habituels, avec une sélection plus large que par le…
La mort du bovin viande

Une nouvelle Pac se profile !

Le ministère propose une remise en cause du montant de l’enveloppe dédiée à la…

Le cuir, une histoire de famille
Rebecca Larapidie a créé Abak’art, sa marque de maroquinerie, pour laquelle elle utilise exclusivement les peaux de bovins élevés…
Un concours réussi et une belle dynamique au marché ovin de Parthenay
Le concours annuel des agneaux a donné lieu à une belle présentation, de l’avis des organisateurs. Au marché au cadran, la…
Renard, Dégâts aux cultures, Esod
La fédération des chasseurs et la Chambre d'agriculture invitent à déclarer les dégâts
Pour qu’elle puisse être régulée toute l’année, une espèce doit être inscrite dans la liste des espèces susceptibles d’…
La pétition reste ouverte pour complément d’enquête
Le collectif BNM a défendu devant la commission PETI un examen approfondi du dossier des réserves.
Publicité