Aller au contenu principal

La préservation de l’abeille noire entre les mains des citoyens

L’abeille noire, Apis mellifera mellifera, décroît de manière inquiétante. Dans un objectif de conservation et d’apiculture durable, le CNRS de Chizé s’est engagé dans le programme européen BeeHope. Il y associe habitants et acteurs économiques locaux.

Une zone de préservation composée de six ruches a été mise en place au sein du CNRS de Chizé. Leur succès pourrait conduire les citoyens à créer un conservatoire de l’abeille noire.
Une zone de préservation composée de six ruches a été mise en place au sein du CNRS de Chizé. Leur succès pourrait conduire les citoyens à créer un conservatoire de l’abeille noire.
© F.C.

Tout commence en 2015. Lionel Garnery, chercheur au CNRS de Gif-sur-Yvette (Essonne) et porteur du programme européen BeeHope, demande au CNRS de Chizé s’il serait intéressé par la création d’un conservatoire de l’abeille noire sur sa zone d’étude, la zone atelier Plaine et Val de Sèvre. « Depuis, un réseau de 200 personnes particulièrement investies dans des actions de préservation de la biodiversité s’est créé. En 2015, le projet autour de l’abeille noire m’a permis d’apporter aux acteurs de ce Réseau Village des connaissances supplémentaires sur une espèce locale », explique Sylvie Houte, ingénieure d’études au CNRS de Chizé.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Cosset et fils : le négoce dans le sang
Implanté depuis 70 ans à Saint-Pompain, dans les Deux-Sèvres, le négoce agricole Cosset et fils démarre un projet de…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
Publicité