Aller au contenu principal
Font Size

Journée Ovine
L’accent est mis sur les valeurs d’élevage

Soixante-dix personnes participaient jeudi 6 juin à la journée ovine organisée à Clessé. Chez Christian Soulard, il était question d’amélioration de la productivité dans les élevages via le travail sur la génétique.

Trop d’éleveurs resteraient encore aveuglés par la morphologie. Or, s’accordaient de nombreux intervenants, la priorité doit être donnée aux valeurs d’élevage.
Trop d’éleveurs resteraient encore aveuglés par la morphologie. Or, s’accordaient de nombreux intervenants, la priorité doit être donnée aux valeurs d’élevage.
© C.P.

Mobilisation générale jeudi 6 juin, à  Clessé. Sur l’exploitation de Christian Soulard, les OS Mouton vendéen, rouge de l’Ouest et charollaise, les organisations économiques, la chambre d’agriculture, le syndicat ovin et France génétique élevage mettaient l’accent sur les atouts économiques du progrès génétique. Aujourd’hui plus qu’hier  et alors que le prix des aliments est élevé, l’efficacité alimentaire est un critère économique d’importance. Ce point, pas plus que la productivité numérique ou la fertilité, ne peut être apprécié en posant le regard sur le reproducteur convoité. Seule la lecture de son pedigree permet de choisir en connaissance de cause. « La prolificité, la valeur laitière et la croissance, trois caractères essentiels sur le plan de la rentabilité de l’atelier présentent respectivement une héritabilité de 0,10, 0,20 et 0,30. Des taux bien inférieurs à celui de la conformation appréciée à 0,50. »  Cette prise de conscience doit mener à une évolution dans les comportements des éleveurs, suggérait-on lors de la journée professionnelle du 6 juin. Une sélection active sur ces critères très longs à faire évoluer doit se développer. Priorité doit être donnée aux valeurs d’élevage. « Ce qui fait la rentabilité d’un élevage, c’est davantage les kilos d’agneaux commercialisés à la brebis que le nombre d’agneaux classés E », jugeait Jacques Ingremeau.
Sur le certificat d’origine et de qualification l’éleveur trouve toutes les indications nécessaires à son choix. « Ce qu’il faut retenir, note Arlette Brachet, de l’OS rouge de l’Ouest, c’est qu’un index présenté avec un “ moins” devant est détériorateur. Précédé d’un “ plus ”, il est améliorateur. » Le choix du reproducteur introduit dans l’élevage doit se faire selon les performances identifiées du  cheptel de souche. Le contrôle de performances proposé en élevage ovin permet d’apprécier le niveau de celui-ci. Un préalable indispensable. « En Deux-Sèvres, nous comptons 54 adhérents au contrôle de performance », comptabilise Marie-Claudine Blais, du syndicat départemental ovin. Un chiffre en développement depuis deux ans. « Mais loin du compte si l’on veut stopper l’hémorragie dont souffre notre département. Les effectifs ne cessent de se réduire », juge Guy-Gérard Merlande, responsable de GeODe. 9500 brebis sur 198 000 se trouvent dans des élevages pilotés par des producteurs déterminés à travailler la génétique afin de gagner en performance tehnico-économique.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité