Aller au contenu principal

Festival de l'élevage
L’agriculture a bon goût

Plus de six cents animaux seront présents à Parthenay les 24, 25 et 26 septembre. La sixième édition du Festival de l’élevage et de la gastronomie fera le lien entre production et consommation.

« On devrait comptabiliser 600 voire 650 animaux. Ca se présente bien ! » se réjouissent Laurent Boyé (à gauche) et Serge Bonnanfant.
« On devrait comptabiliser 600 voire 650 animaux. Ca se présente bien ! » se réjouissent Laurent Boyé (à gauche) et Serge Bonnanfant.
© C. P.
Le moral des éleveurs reprend de la vigueur à mesure que l’herbe verdit. La pluie de l’été a éteint de brûlantes angoisses. Les 23, 24 et 25 septembre, au Festival de l’élevage et de la gastronomie à Parthenay le climat devrait être moins aride que celui qu’annonçaient les chaleurs de juin. Les abandons redoutés d’éleveurs exposants n’ont pas eu lieu. Les sélectionneurs, à l’image des autres années, ont répondu présent à l’appel des organisateurs. Serge Bonnanfant et Laurent Boyé, co-présidents de la manifestation, font les comptes. « 240 parthenaises, 265 moutons vendéens, 80 rouges de l’Ouest, 20 charmois, les mulassiers, les normandes… On devrait comptabiliser 600 voire 650 animaux. Ca se présente bien ! » Pendant trois jours, au cœur du marché de Parthenay, il sera question de génétique. Facteur d’amélioration des résultats technico-économiques dans les élevages, ce travail mené par les sélectionneurs qu’elles que soient les espèces est également au service des consommateurs. « Une côte d’agneau surmontée d’une épaisseur de gras sera boudée par les clients. La sélection génétique nous permet de ne faire naître que des animaux qui répondent aux attentes des différents maillons d’une filière qui commence dans les élevages  et se termine dans l’assiette », explique Laurent Boyé.  Sur les rings, les professionnels pourront apprécier la qualité du travail réalisé par les éleveurs. Lieu de contact, le Festival de l’élevage et de la gastronomie pourrait, si les opportunités se présentent, se transformer en lieu d’affaires. « Outre les exploitants de la région, deux délégations irlandaises sont attendues  », renseigne Serge Bonnanfant. A quelques pas des animaux, c’est avec les saveurs des produits issus de cette agriculture locale que de belles rencontres sont promises. « Nourrir les hommes reste l’objectif premier de l’agriculture », témoignent les responsables professionnels. Produire une nourriture de qualité est une priorité dans une France de gastronomes. Les producteurs et transformateurs adhérents du réseau Bienvenue à la ferme mettront en scène,  pendant trois jours, viande d’animaux de race parthenaise, viande d’agneau du Poitou-Charentes, pommes de Gâtine… Un menu de  fête.Place aux jeunes
Promouvoir la qualité du travail des agriculteurs est l’un des objectifs du Festival de l’élevage et de la gastronomie. Fiers de leur travail, les éleveurs exposent en toute transparence leurs animaux. « Notre métier est un beau métier », certifient Serge Bonnanfant et Laurent Boyé, co-présidents de la manifestation. Ce message, ils veulent le faire passer auprès des jeunes. Cette année ils seront nombreux à Parthenay pour s’occuper des animaux mais également pour concourir dans différentes épreuves professionnelles. Lors du pointage d’animaux parthenais ou lors du trophée des lycées, la relève s’exprimera.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
S’employer chaque jour à faire avancer le projet
Le projet de stockage d’eau à des fins agricoles sur le bassin de la Sèvre niortaise entre dans sa phase de concrétisation. Alors…
Publicité