Aller au contenu principal

Biodiversité
L'agroalimentaire peine à s'engager sur la biodiversité, selon France Stratégie

Le lancement d'Act4nature France, en décembre 2019.
© Act4nature

La biodiversité, tous en parlent. Mais ils sont peu nombreux à en faire, si l’on en croit l’avis publié le 6 mars par France Stratégie. L’organe de conseil indépendant rattaché à Matignon estime dans ce rapport que la biodiversité est « rarement identifiée comme un risque significatif et n’est pas intégrée dans la stratégie » des entreprises. Pour le secteur agroalimentaire, France Stratégie s’est intéressée à 18 coopératives et industriels. L’organisme note que, dans le cadre de leur déclaration de performance extra-financière (DPEF), seules « trois entreprises identifient la biodiversité comme un risque significatif » : Bel, Sodiaal et Fleury Michon. Considérant les rapports d’activité de 20 coopératives (Tereos, Agrial, Invivo, Terrena, Cooperl, Limagrain…), France Stratégie souligne que si 95 % d’entre elles mentionnent la biodiversité dans leur DPEF, seulement 20 % définissent une politique précise. Les experts proposent d’agir par « le biais de cahiers des charges ou des coalitions d’acteurs », un levier qu’ils jugent particulièrement efficace pour le secteur agroalimentaire. Exemple de ces coalitions : Act4Nature France, l’initiative du ministère de la transition écologique lancée en décembre 2019 pour encourager les efforts du secteur privé. Carrefour, Bel ou Nestlé font partie des 38 premiers signataires, qui s’engagent sur dix principes, et sur le dépôt d’un plan d’action. Sur le site officiel, les organisateurs promettent que l’inscription permet de « valoriser ses actions à l’occasion d’événements ». Plus qu’une valorisation, la biodiversité ne mérite-t-elle pas une régulation ? Si les experts de France Stratégie conseillent de renforcer l’action publique sur la protection des écosystèmes, ils demeurent prudents quand il s’agit d’imposer des obligations aux entreprises. À la contrainte, ils privilégient la pédagogie,  tout en refusant l’idée d’un indicateur biodiversité unique, « compte tenu de la complexité des phénomènes biologiques ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Flavien, éleveur de chèvres : « Les rencontres ont fait mûrir mon projet »
Déterminé depuis l’enfance à devenir agriculteur, Flavien Favre a bâti pas à pas son projet. Sa formation et ses expériences sur…
Les jeunes agriculteurs organisent un repas 100% local
Moteurs de la vie rurale, les Jeunes agriculteurs vont proposer aux Deux-Sévriens un repas complet, le samedi 1er mai…
Lettre d’un agriculteur à ses voisins

Je me permets de vous adresser ce courrier car (...) la période des semis des cultures approche à grand pas. J’exploite des…

Quand les haies chauffent le plancher des poules
A la faveur de l’installation d’un jeune agriculteur, en mai 2020, le Gaec Baulieu, à Echiré, a investi dans de nouveaux…
La maraîchine, une bière locale « du champ au verre »
Deux brasseries artisanales, ancrées dans le Marais poitevin, se sont associées pour créer une nouvelle bière marquée « Valeurs…
Attention au risque incendie

Depuis l’incendie d’un hangar à St Martin de Bernegoue le 10 avril, quatre nouveaux sinistres ont été enregistrés dans…

Publicité