Aller au contenu principal
Font Size

Activez votre compte numérique

Pour lire les articles dans leur intégralité, vous tenir informé via les newsletters et consulter la version numérique d’Agri79 dès le jeudi,

J’active mon compte numérique.

L’an 1 de l’agroécologie avec le plan Ecophyto 2

Avec le plan Ecophyto 2, Stéphane Le Foll a lancé, le 30 janvier comme il l’avait annoncé, l’an 1 de l’agroécologie qu’il veut généraliser.

© N.C.

Lors de la conférence « An 1 de l’agroécologie », le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll a souhaité faire un premier bilan de la mise en œuvre progressive de l’agroécologie et de ses pratiques qui répondent à un double objectif : être plus respectueux de l’environnement sans impacter la productivité ni le revenu des agriculteurs. Avec un défi pour les années à venir, « faire en sorte que la majorité des exploitations soient engagées dans l’agroécologie d’ici 2025 », ce qui  sous-entend « un objectif de diffusion et de généralisation des connaissances », explique le ministre.
Bien que les résultats encourageants du sondage BVA commandé par le ministère de l’Agriculture, indiquent que 45 % des exploitants interrogés se sentent engagés dans une démarche agroécologique et que 13 % envisagent de s’y atteler (deux fois plus chez les moins de 35 ans), réticence et scepticisme semblent demeurer au sein du monde agricole. Ainsi, 42 % des agriculteurs interrogés déclarent ne pas être engagés dans un tel processus et ne pensent pas le faire à l’avenir. Pourtant, cette réticence pourrait ne s’appliquer qu’au concept et à la sémantique, puisqu’au niveau des pratiques mêmes, 76 % disent limiter l’utilisation d’intrants, 72 % prendre soin des sols, 62 % limiter les ressources en eau et 51 % s’attacher à favoriser le rôle de la faune auxiliaire. Un engagement des agriculteurs préexistant au concept d’agroécologie, d’où l’agacement aussi de Xavier Beulin vis-à-vis de ce terme « An 1 » qui laisse à penser « qu’avant ce 30 janvier, les agriculteurs n’ont rien fait, ont travaillé n’importe comment et sans considération pour l’environnement ». « Alors que nous avons beaucoup participé à cet effort collectif », ajoute-t-il.
Lire la suite dans Agri 79

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

S’installer hors cadre familial : saisir l'opportunité
Audrey Pelletier a rejoint l’équipe du Gaec du Petit Chauveux en juin 2020, après un stage parrainage d’un an. Passionnée par l’…
Le chanvre français prépare le virage de la fleur
Dans le cadre de l'expérimentation en France du cannabis à fins thérapeutiques, l'Agence nationale du médicament (ANSM) devrait …
Et soudain, Exoudun... un village bouillonnant
Au centre d’un triangle St-Maixent-Melle-Lusignan, à équidistance de Poitiers et de Niort, se niche à flanc de colline le village…
Le boom des brasseries artisanales
Les brasseries artisanales fleurissent en France, avec 328 ouvertures de brasseries cette année. Les Deux-Sèvres sont aussi…
Coloré, l'enrubannage exprime la solidarité
On les voit se multiplier dans les champs depuis 2017. A l’initiative du fabricant de film plastique trioplast, les bottes de…
Grossiste, éleveur, restaurateur : ils se lancent dans l’ultralocal
Fin juin, les frères Giraud, éleveurs de Limousines et Charolaises, ont vendu une nouvelle vache au grossiste bressuirais…
Publicité