Aller au contenu principal

L’analyse de sol, un outil indispensable à la gestion de la fertilisation

Dans le cadre de la directive nitrates, une analyse de sol par an est obligatoire. Au-delà de la réglementation, cette analyse est un outil d’appréciation de l’état de forme de son parcellaire.

Pour réaliser une bonne analyse, il faut une quinzaine de prélèvements au minimum réalisés sur un ensemble homogène d’environ 10 hectares.
Pour réaliser une bonne analyse, il faut une quinzaine de prélèvements au minimum réalisés sur un ensemble homogène d’environ 10 hectares.
© N.C.

L’analyse de terre est à réaliser tous les trois à six ans mais il faut différencier les analyses de routine d’une première analyse du sol. Cette dernière caractérisera le parcellaire avec la granulométrie, le taux de matières organiques et la CEC. Compte tenu de leur lente évolution, une seule analyse est suffisante. L’analyse de routine a quant à elle vocation à valider la fumure pratiquée sur la parcelle et/ou à prévoir le chaulage si nécessaire. La règle voudrait que l’analyse soit toujours réalisée à la même période et sur le même précédent (colza, blé…), afin de limiter les variations saisonnières. Ainsi, le pH eau peut varier de 0,5 à 1 point. Cette pratique permet également de limiter les effets du précédent, notamment au niveau de la libération de potasse par les résidus de culture. Un délai de six mois entre un apport calcaire et le prélèvement de terre est en outre à privilégier. Pour constituer une véritable analyse, il faut une quinzaine de prélèvements au minimum, réalisés sur un ensemble homogène d’environ 10 ha. Ils doivent ensuite être mélangés pour constituer un échantillon homogène d’environ 500 g

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Confinement ou pâturage, concertation ou carnage ?

"À l’heure où les défenseurs du bien-être animal et les écologistes demandent l’interdiction de l’élevage en intérieur, la…

L’agriculture victime de pirates informatiques
La chambre d'agriculture des Deux-Sèvres victime d'une cyberattaque qui touche plus largement la région Nouvelle-Aquitaine et…
Attestation permanente exploitant agricole
La Fnsea et JA 79 ont obtenu la validation de l’attestation permanente spéciale exploitant agricole par le préfet des Deux-Sèvres…
Agriculteur, même pas peur !
CAPa, bac CGEA, BTS PA, BPREA… Ces sigles sont autant de portes différentes pour entrer dans le monde de l’agriculture. Les…
Pâtures & Papilles veut régaler les consommateurs
Quatre élevages du secteur de Parthenay planchent sur l’élaboration d’un nouveau label basé sur un engraissement 100% herbager.…
Les exploitants agricoles, piliers des sapeurs-pompiers volontaires
Parce qu’il doit assurer l’avenir, le service départemental d’incendie et de secours (Sdis 79) est à la recherche de volontaires…
Publicité