Aller au contenu principal
Font Size

L’analyse de sol, un outil indispensable à la gestion de la fertilisation

Dans le cadre de la directive nitrates, une analyse de sol par an est obligatoire. Au-delà de la réglementation, cette analyse est un outil d’appréciation de l’état de forme de son parcellaire.

Pour réaliser une bonne analyse, il faut une quinzaine de prélèvements au minimum réalisés sur un ensemble homogène d’environ 10 hectares.
Pour réaliser une bonne analyse, il faut une quinzaine de prélèvements au minimum réalisés sur un ensemble homogène d’environ 10 hectares.
© N.C.

L’analyse de terre est à réaliser tous les trois à six ans mais il faut différencier les analyses de routine d’une première analyse du sol. Cette dernière caractérisera le parcellaire avec la granulométrie, le taux de matières organiques et la CEC. Compte tenu de leur lente évolution, une seule analyse est suffisante. L’analyse de routine a quant à elle vocation à valider la fumure pratiquée sur la parcelle et/ou à prévoir le chaulage si nécessaire. La règle voudrait que l’analyse soit toujours réalisée à la même période et sur le même précédent (colza, blé…), afin de limiter les variations saisonnières. Ainsi, le pH eau peut varier de 0,5 à 1 point. Cette pratique permet également de limiter les effets du précédent, notamment au niveau de la libération de potasse par les résidus de culture. Un délai de six mois entre un apport calcaire et le prélèvement de terre est en outre à privilégier. Pour constituer une véritable analyse, il faut une quinzaine de prélèvements au minimum, réalisés sur un ensemble homogène d’environ 10 ha. Ils doivent ensuite être mélangés pour constituer un échantillon homogène d’environ 500 g

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité