Aller au contenu principal

L’analyse de sol, un outil indispensable à la gestion de la fertilisation

Dans le cadre de la directive nitrates, une analyse de sol par an est obligatoire. Au-delà de la réglementation, cette analyse est un outil d’appréciation de l’état de forme de son parcellaire.

Pour réaliser une bonne analyse, il faut une quinzaine de prélèvements au minimum réalisés sur un ensemble homogène d’environ 10 hectares.
Pour réaliser une bonne analyse, il faut une quinzaine de prélèvements au minimum réalisés sur un ensemble homogène d’environ 10 hectares.
© N.C.

L’analyse de terre est à réaliser tous les trois à six ans mais il faut différencier les analyses de routine d’une première analyse du sol. Cette dernière caractérisera le parcellaire avec la granulométrie, le taux de matières organiques et la CEC. Compte tenu de leur lente évolution, une seule analyse est suffisante. L’analyse de routine a quant à elle vocation à valider la fumure pratiquée sur la parcelle et/ou à prévoir le chaulage si nécessaire. La règle voudrait que l’analyse soit toujours réalisée à la même période et sur le même précédent (colza, blé…), afin de limiter les variations saisonnières. Ainsi, le pH eau peut varier de 0,5 à 1 point. Cette pratique permet également de limiter les effets du précédent, notamment au niveau de la libération de potasse par les résidus de culture. Un délai de six mois entre un apport calcaire et le prélèvement de terre est en outre à privilégier. Pour constituer une véritable analyse, il faut une quinzaine de prélèvements au minimum, réalisés sur un ensemble homogène d’environ 10 ha. Ils doivent ensuite être mélangés pour constituer un échantillon homogène d’environ 500 g

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

19 marchés festifs tout au long de l’été
Lieu de convivialité, les MPP offrent aux agriculteurs une occasion de se faire connaître localement. Les agriculteurs se…
Le parcours hors norme de Georgina
Des terrains de handball au Gabon à l’élevage de porcs en France, Georgina Tchatchoua-Gbayuen a eu plusieurs vies. Cette femme d’…
Les curseurs techniques et humains, gages de réussite
Même si le contexte laitier est complexe, les Deux-Sèvres comptent des exploitations en bonne santé. Pour déterminer l’avenir,…
Départementales : les projets des candidats pour la ferme Deux-Sèvres
La Fnsea et les Jeunes agriculteurs des Deux-Sèvres ont convié, mercredi 9 juin, les candidats aux élections départementales pour…
Président de Capr’Inov, un exercice d’équilibriste
Avec la structuration du salon et son développement constant, le temps alloué à la préparation de Capr’Inov est important. Samuel…
Agri-apiculteur, Thomas fait le pont entre deux mondes
Le 19 avril, la coopérative Cavac a annoncé le lancement de son miel Nectar des champs, fruit d’un travail engagé avec quatorze…
Publicité