Aller au contenu principal

Désherbage
L’art d’un binage rapide et efficace

Joseph Martelot est l’inventeur du Précizo, un appareil de guidage électronique pour bineuse.

L’art d’un binage rapide et efficace.
L’art d’un binage rapide et efficace.
© Christelle Picaud

Vous êtes l’inventeur du matériel baptisé Précizo. De quoi s’agit-il ?
Joseph Martelot : Il s’agit d’un appareil de guidage électronique pour bineuse. Interface entre le tracteur et le matériel de travail du sol, il offre au conducteur des travaux un confort et une précision appréciés.

Décrivez-nous cette machine ?
La machine se compose d’un bâti fixe attelé au tracteur et maintenu dans le sol grâce à des roues disque qui entrent dans la terre et la maintiennent dans la trajectoire du tracteur. Un second bâti, celui-ci mobile par rapport au premier (20 cm de déport à droite, 20 cm à gauche), coulisse selon les contraintes exercées par un vérin hydraulique qui reçoit ses ordres de déplacements de deux cellules photoélectriques situées à quelques centimètres du sol. C’est sur ce second bâti que la bineuse, quel que soit son modèle, est attelée.
Le fonctionnement est simple. Bien entendu, la bineuse attelée doit compter le même nombre de rangs que le semoir utilisé pour les semis.
À l’entrée du champ, l’outil est calé sur l’axe central du tracteur. Les socs de la bineuse s’intercalent entre deux rangs de maïs. Les cellules à infrarouge font le reste. Elles détectent toutes les plantes. Faute de pouvoir distinguer les maïs des chardons, l’automate est réglé pour privilégier les végétaux en ligne.

À quelle vitesse ce matériel permet-il de travailler ?
Michel Soulard, utilisateur depuis le début de l’année, bine 15 ha de maïs par jour. Avec cet outil, l’attention du conducteur du tracteur est moins soutenue. Le chantier, plus facile, peut durer plus longtemps. La détection des rangs par cellules permet également d’augmenter l’allure du tracteur, sans risque pour la culture.

Quel est le prix de ce matériel ?
L’appareil, construit par les Ets Godin de la Pommeraye-sur-Loire est accessible pour 7 300 euros.
Propos recueillis
par Christelle Picaud

Rendez-vous le 18 juin
- lundi 9 juin, ce matériel a été présenté dans le cadre d’une journée consacrée au désherbage mécanique du maïs. Une opération co-organisée par le Sertad, la chambre d’agriculture et Agrobio Poitou-Charentes. Alors que la liste des matières actives homologuées se réduit fortement, certains agriculteurs envisagent sérieusement les alternatives mécaniques. Il s’agissait, ce jour, de faire le point sur l’efficacité de techniques qui grâce à la mise au point de nouveaux outils, trouvent une nouvelle jeunesse.
Un nouveau rendez-vous, sur le thème du désherbage du maïs et tournesol, est donné aux agriculteurs. Mercredi 18 juin, de 10 h 30 à 12 heures, la Chambre d’agriculture et le Sertad proposent de faire le point sur les solutions permettant de réduire l’utilisation de produits phytosanitaires. Lieu de rencontre : Parcelle située en salle et Bougon (suivre le fléchage).
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

En 4L, avec l’agriculture et la mécanique pour bagages
A 18 et 19 ans, Bastien Sémillé et Thomas Rousselot s’embarquent dans l’aventure du 4L Trophy, édition 2023. Pour faire honneur à…
Les coopératives se mouillent pour maintenir l’élevage
Deux bâtiments neufs (l’un pour poules pondeuses, l’autre pour lapins) ont été inaugurés à Gascougnolles et à La Chapelle-Saint-…
Sur les marchés, la Parthenaise tente de trouver l’équilibre
Un point sur le marché de la Parthenaise a été fait à l’occasion de l’assemblée générale de France Parthenaise, vendredi 2…
Quelles règles concernant les nuisances sonores ?

Semer ou moissonner sans que personne ne le remarque est impossible ! Cependant, le bruit ne doit pas…

Le guichet pour les aides de crise ouvre le 22 juillet
Annoncée en mars, l’aide aux éleveurs ayant dégagé un revenu inférieur à 11000€ en 2020 sera mobilisable du 22 juillet au 15…
Éleveurs, ils fournissent 6,5 tonnes de viande par an aux cantines locales
Depuis 2014, treize éleveurs du bressuirais se sont structurés pour répondre aux appels d’offres de la restauration collective…
Publicité