Aller au contenu principal
Font Size

Activez votre compte numérique

Pour lire les articles dans leur intégralité, vous tenir informé via les newsletters et consulter la version numérique d’Agri79 dès le jeudi,

J’active mon compte numérique.

Le broyé du Poitou : un gâteau… pour ne pas broyer du noir

Chaque semaine, nous vous proposons de découvrir un produit typique de chaque département de la Nouvelle-Aquitaine. Aujourd’hui, le broyé du Poitou (86).

Le broyé du Poitou tient son nom du fait que froid, le gâteau devient croquant et peut ainsi être cassé avec le poing.
Le broyé du Poitou tient son nom du fait que froid, le gâteau devient croquant et peut ainsi être cassé avec le poing.
© N.C.

Si dans la Vienne, le broyé du Poitou est une véritable institution, le nom de ce gâteau parle peu souvent en dehors des frontières du département. En fait, derrière ce nom, c’est une galette qui se cache. Et c’est visiblement au début du XXe siècle que le nom « broyé » fait son apparition. Maurice Béguin, archiviste de la région et passionné de cuisine locale, évoque en effet le « gâteau broyé de la Vienne » dans les années 30. Il précise que les ingrédients et les proportions sont les mêmes que dans les galettes consommées dans les Charentes, mais qu’il faut, après un rapide pétrissage « couper avec la main la pâte en petits morceaux arrachés ».

Conservation longue
Même s’il est difficile de résister à la tentation de manger un broyé encore tiède, le mieux est de le laisser bien refroidir pour qu’il devienne croquant. Et surtout, pour pouvoir le casser avec le poing. C’est ainsi que les parts sont faites dans la Vienne. Sans couteau. Et c’est, avec le mode de pétrissage, ce qui lui vaut son nom ! Une fois refroidi, et à condition de le conserver à l’abri de la lumière, de l’humidité et de la chaleur (idéalement dans une boîte en fer, dans un placard), le broyé se conserve vraiment longtemps. « Nous mettons une date limite de conservation de 6 à 8 mois, mais bien conservé, un broyé peut se manger un an après avoir été cuit », assure Sandra Brion. La gérante de la biscuiterie de Lencloître (lire ci-dessous) pense d’ailleurs que le broyé était dans les fermes un bon moyen de conserver à la fois le beurre et les œufs, du printemps jusqu’à la fin de l’hiver.
Le broyé était aussi le dessert de toutes les fêtes. Pas un mariage, un baptême ou une communion ne se déroulait sans broyé du Poitou. Dans les fêtes des battages, foires et marchés locaux, surtout ruraux, impossible également de passer à côté du broyé.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

S’installer hors cadre familial : saisir l'opportunité
Audrey Pelletier a rejoint l’équipe du Gaec du Petit Chauveux en juin 2020, après un stage parrainage d’un an. Passionnée par l’…
Le chanvre français prépare le virage de la fleur
Dans le cadre de l'expérimentation en France du cannabis à fins thérapeutiques, l'Agence nationale du médicament (ANSM) devrait …
Et soudain, Exoudun... un village bouillonnant
Au centre d’un triangle St-Maixent-Melle-Lusignan, à équidistance de Poitiers et de Niort, se niche à flanc de colline le village…
Le boom des brasseries artisanales
Les brasseries artisanales fleurissent en France, avec 328 ouvertures de brasseries cette année. Les Deux-Sèvres sont aussi…
Coloré, l'enrubannage exprime la solidarité
On les voit se multiplier dans les champs depuis 2017. A l’initiative du fabricant de film plastique trioplast, les bottes de…
Grossiste, éleveur, restaurateur : ils se lancent dans l’ultralocal
Fin juin, les frères Giraud, éleveurs de Limousines et Charolaises, ont vendu une nouvelle vache au grossiste bressuirais…
Publicité