Aller au contenu principal

Le choix de la patience avant de retourner une parcelle de colza

La majorité des parcelles de colza n’ont pas pu lever précocement. S’il leur reste encore du temps pour atteindre une croissance suffisante, un changement de culture peut intervenir.

© N.C.

Si certaines parcelles de colza ont pu lever précocement, il n’en est rien de la grande majorité d’entre elles cette année. Malgré tout, lorsque les pluies ont été suffisantes à la mi-septembre, les colzas ont pu germer et ont atteint le stade 4 feuilles voire plus à ce jour.
Si les conditions restent favorables dans les prochaines semaines, ces colzas devraient atteindre un stade et une croissance suffisantes pour passer l’hiver.

Si aucun désherbage n’a été réalisé
Cependant, certaines parcelles sont à ce jour à moins de 3 feuilles voire à l’extrême pas ou peu levées avec des densités souvent très faibles. La question d’un remplacement de culture par une céréale d’hiver est donc posée pour ces parcelles.
Avant toute chose, il est nécessaire d’évaluer le potentiel du colza par le biais du peuplement présent et du stade de la culture à la date d’aujourd’hui. Si aucun désherbage n’a été appliqué, il est possible d’implanter une céréale sans risque.

Plus d'infos dans le journal Agri 79 du 4 novembre 2016

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Lettre d’un agriculteur à ses voisins

Je me permets de vous adresser ce courrier car (...) la période des semis des cultures approche à grand pas. J’exploite des…

La maraîchine, une bière locale « du champ au verre »
Deux brasseries artisanales, ancrées dans le Marais poitevin, se sont associées pour créer une nouvelle bière marquée « Valeurs…
La mort du bovin viande

Une nouvelle Pac se profile !

Le ministère propose une remise en cause du montant de l’enveloppe dédiée à la…

Le cuir, une histoire de famille
Rebecca Larapidie a créé Abak’art, sa marque de maroquinerie, pour laquelle elle utilise exclusivement les peaux de bovins élevés…
Un concours réussi et une belle dynamique au marché ovin de Parthenay
Le concours annuel des agneaux a donné lieu à une belle présentation, de l’avis des organisateurs. Au marché au cadran, la…
La pétition reste ouverte pour complément d’enquête
Le collectif BNM a défendu devant la commission PETI un examen approfondi du dossier des réserves.
Publicité