Aller au contenu principal

Chorales
Le lien social, à travers chants

Les mesures sanitaires en vigueur ont terni cette année la fête de la Musique. Malgré tout, chefs de chœur et choristes témoignent d’une belle vitalité du chant vocal, qui maintient en local un esprit de partage et de solidarité.

Parmi les centaines de groupes vocaux en Deux-Sèvres, la chorale Courants d'Airs de Secondigny, qui reprend un répertoire de chants du monde polyphoniques.
© DR

« Le chant, ça devrait être remboursé par la Sécu », annonce d’emblée Pascale Rambeau. La dynamique quarantenaire sait de quoi elle parle : intermittente du spectacle, elle est chef de chœur de trois chorales en Gâtine et anime aussi des ateliers thérapeutiques avec des soignants et soignés. Pour elle, les chorales sont de petits « microcosmes », avec chacune leur histoire, mais gardant toujours comme point commun l’envie de partager un projet et de se rencontrer. En témoignent les trois formations qu’elle dirige : « Courants d’airs, à Secondigny, dépend d’une association de musique (cours de guitare, batterie, clavier…) et explore les chants polyphoniques du monde ; Les Indignés, pour laquelle je suis bénévole, reprend des chants révolutionnaires et la dernière, la Fameuse Chorale Band, est partie d’un délire entre amis qui a continué ! ».

Une activité complète

Souffle, mémoire, posture, le chant fait du bien au corps et à l’esprit. « Même si les choristes sont souvent vieillissants, ils travaillent dur entre les répétitions pour être au top. Les concerts les motivent. C’est l’essence du mouvement artistique que de se produire devant un public », assure la chef de chœur. Si on ajoute à ces bienfaits la note de convivialité inhérente à tout groupe vocal, on obtient la recette qui fait le succès de cette activité. « Sans visibilité sur la reprise de nos répétitions et concerts en cette période compliquée, nous avons organisé un pique-nique en plein-air pour nous revoir », glisse Bernard Collet, président de Courants d’Airs. Dans ces associations, l’esprit de partage se vit aussi lors de rencontres inter-chorales, de concerts pour des causes caritatives ou, plus simplement, autour des pots de l’amitié qui ponctuent chaque rendez-vous passé ensemble à chanter.

« Le mardi, c’est sacré »

Plus au sud des Deux-Sèvres, Jean-Joël Pétorin s’est inscrit à la chorale à peine l’heure de la retraite sonnée. « Mon métier d’éleveur laitier et mes engagements professionnels ne m’en laissaient pas le temps, mais depuis 2003, c’est devenu ma priorité. Le mardi soir, je ne peux pas, j’ai chorale ! ». Celui qui a toujours aimé chanter avec ou pour d’autres a rejoint pour son plus grand bonheur l’ensemble Chauray Vocal et son répertoire éclectique, « du sacré au contemporain, en passant par des compositions inédites de notre chef de chœur. Ce que nous chantons a toujours un sens de fraternité ». Son épouse Thérèse fait elle aussi partie de l’aventure. « C’est une grande famille. Avec les autres choristes, nous partageons des moments forts autour du chant : voyages, fêtes familiales mais aussi deuils. Il nous est arrivés de vivre un festival rassemblant plus de 6000 chanteurs ! Une sacrée expérience. Nous faisons aussi de nouvelles rencontres au gré des arrivées dans les pupitres », indique l’ancien agriculteur, qui chante chez les ténors. « Il est rare d’aller à reculons à la chorale. En tout cas, nous en revenons toujours enthousiasmés ».

chorale

Près de 400 chorales en Deux-Sèvres

Quand on recherche « chorale » dans l’annuaire en ligne net1901.org, on obtient… 388 résultats ! Ce qui n’étonne pas la chef de chœur Pascale Rambeau : « rien que vers chez nous, il y a une chorale à Fénery, au Retail, au Tallud… ». Dans nombre d’entre elles, la moyenne d’âge est assez élevée mais les forums des associations et les différentes prestations (concerts, festivals, porte-ouvertes, rencontres inter-chorales) permettent de faire évoluer les effectifs, et d’attirer quelques jeunes. « La porte est toujours ouverte, ce n’est pas pour rien que nous nous appelons Courants d’Airs, sourit Bernard Collet. Il faut venir voir de l’intérieur, essayer pour savoir si ça nous plaît ». La denrée la plus rare ? Des chefs de chœur motivés et motivants – ce qui constitue un des ingrédients principaux pour faire prendre la mayonnaise sur le long terme – et des voix d’hommes, basses et ténors. Avis aux amateurs !

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Étang de Beaurepaire : la digue fermée à la circulation complique le quotidien
La fermeture de la route qui traverse l’étang de Beaurepaire oblige à faire un détour de 10 kilomètres. Les fonds pour mener les…
Attention au risque incendie

Depuis l’incendie d’un hangar à St Martin de Bernegoue le 10 avril, quatre nouveaux sinistres ont été enregistrés dans…

Flavien, éleveur de chèvres : « Les rencontres ont fait mûrir mon projet »
Déterminé depuis l’enfance à devenir agriculteur, Flavien Favre a bâti pas à pas son projet. Sa formation et ses expériences sur…
Les jeunes agriculteurs organisent un repas 100% local
Moteurs de la vie rurale, les Jeunes agriculteurs vont proposer aux Deux-Sévriens un repas complet, le samedi 1er mai…
Quand les haies chauffent le plancher des poules
A la faveur de l’installation d’un jeune agriculteur, en mai 2020, le Gaec Baulieu, à Echiré, a investi dans de nouveaux…
À la découverte de la petite Toscane argentonnaise
Loin de la plaine du sud, à équidistance de Bressuire et de Thouars, le village d’Argenton-les-Vallées se tient entre deux rives…
Publicité