Aller au contenu principal
Font Size

Le retour festif des vaches dans le Marais poitevin

Samedi 1er juin, à partir de 10 heures, à La Garette-Magné, le parc invite le grand public à participer à la transhumance des Maraîchines, des Charolaises et des Salers. L’occasion aussi de valoriser la marque « Valeurs Parc naturel régional ».

Entre 100 et 150 animaux seront transportés par petits groupes en bateau pour passer l’été dans le Marais poitevin.
Entre 100 et 150 animaux seront transportés par petits groupes en bateau pour passer l’été dans le Marais poitevin.
© CHAMBRE D’AGRICULTURE DEUX SÈVRES

Au coeur du Marais poitevin réside un archipel de parcelles coupées de toute liaison terrestre et accessible uniquement en barque. Espaces pour tout rêveur en manque de solitude, ces marais, appelés « marais bateaux », sont pâturés par des troupeaux de Maraîchines, Charolaises et Salers, qui prennent actuellement leurs quartiers d’été.

Ce sont entre 100 et 150 vaches qui sont amenées en bateau par petits groupes au printemps. Elles emprunteront le chemin inverse en novembre afin de regagner des terres plus hautes pour l’hiver. Samedi 1er juin, à La Garette-Magné, à partir de 10 heures, à l’occasion de cette transhumance, le Parc naturel régional du Marais poitevin (PNR) et l’association des éleveurs par bateau proposent d’accompagner les vaches dans leur déplacement et de déguster un repas à base de viande bovine marquée « Valeurs Parc naturel régional », une démarche qui sera présentée au grand public à cette occasion.

Pour que la découverte soit complète, un marché fermier aux couleurs locales sera présent sur le site. D’autres produits issus du Marais seront proposés à la vente.

DÉMARCHE DURABLE ET TERRITORIALE

Depuis quelques semaines, la viande estampillée « Valeurs Parc naturel régional » est commercialisée dans les premiers magasins qui se sont engagés dans la valorisation de cette démarche territoriale et durable.

En amont de ce projet, la chambre d’agriculture Charente-Maritime-Deux-Sèvres et celle de Vendée ont accompagné le PNR dans l’écriture d’un cahier des charges permettant de valoriser les élevages qui pratiquent le pâturage au coeur du Marais durant plus de six mois par an, nourrissent leurs animaux principalement avec des fourrages, céréales, protéines végétales… produits localement et ne présentant pas des taux de chargements trop élevés.

La viande issue de ces élevages sera proposée aux consommateurs à un tarif permettant une juste rémunération à des exploitations confrontées à un territoire de Marais qui présente de très nombreuses contraintes physiques et naturelles. Ces contraintes, aux yeux de beaucoup, constituent les richesses paysagères et biologiques de ce territoire, mais elles sont étroitement liées au futur de l’élevage.

Un repas local sera proposé sur place. Il faut apporter ses couverts. Tarif : 15 euros sur place ou 13 euros sur réservation au 05 49 24 18 79.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Les glaces, une diversification rafraichissante et 100% locale
Depuis 15 ans, les 115 vaches du troupeau de la Roche laitière, à Brûlain, sont à l’origine d’une gamme de glaces vendues dans…
Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité