Aller au contenu principal

Le système agroalimentaire français reconnu comme étant le plus durable au monde

Le système alimentaire français a été reconnu comme le plus durable de la planète par le réseau scientifique InterAcademy Partnership. La France est surtout considérée comme avant-gardiste dans la lutte contre le gaspillage alimentaire.

Suite à la loi du 11 février 2016, les supermarchés français 
sont contraints de redistribuer les invendus à des associations de lutte contre la pauvreté.
Suite à la loi du 11 février 2016, les supermarchés français
sont contraints de redistribuer les invendus à des associations de lutte contre la pauvreté.
© banque alimentaire

La nouvelle a fait le tour des réseaux sociaux fin décembre. Selon un classement réalisé par le réseau scientifique InterAcademy Partnership, et publié par le prestigieux magazine britannique The Economist, la France dispose du système agroalimentaire le plus « durable » au monde. C’est la troisième année consécutive que notre pays remporte cette distinction.
Ce classement a pour objectif de classer la capacité des 67 pays les plus développés du monde à produire et consommer durablement les denrées alimentaires. Pour le réaliser, les chercheurs déterminent un indice sur une base de 100 pour chaque pays, en prenant en compte une quarantaine de critères, répartis en trois catégories : « gaspillage des ressources », « durabilité du système agricole » et « défis nutritionnels ».

Un score de 76,10 sur 100 pour la France
Au total, la France atteint un score de 76,10 sur 100, devant les Pays-Bas, à 75,60 et le Canada, à 75,30. Notre pays est particulièrement salué sur les questions de lutte contre le gaspillage des ressources. « Dans un monde où un tiers de l’alimentation produite est perdu ou jeté, la France est à l’avant-garde dans les politiques de réduction des pertes », indiquent les chercheurs, qui citent notamment la loi du 11 février 2016 « qui contraint les supermarchés à redistribuer les invendus alimentaires à des associations de lutte contre la pauvreté ».

Un moins bien dans la gestion de l’eau
Mais sur la durabilité de l’agriculture, la France décroche et se retrouve en 16e position des pays à hauts revenus et en 21e position si on prend en compte l’ensemble du classement. Sur ce sujet, la France fait moins bien que l’Autriche (1er), l’Allemagne (4e), ou encore le Canada (14e). Mais c’est surtout la gestion de l’eau qui est pointée du doigt. Sur cette question, où les chercheurs donnent une note, soit de zéro, soit de cent, la France obtient une note de zéro, quand notre voisin allemand atteint un score de cent. Et ce, alors que l’impact de l’agriculture sur la qualité de l’eau est plutôt satisfaisant (92,70).
Sur la question des gaz à effets de serre, l’agriculture française est toutefois une bonne élève, avec un score de 90,10, sur l’impact environnemental de l’agriculture sur l’atmosphère et de 95,80 sur les opportunités pour investir dans une agriculture soutenable à ce point de vue.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
S’employer chaque jour à faire avancer le projet
Le projet de stockage d’eau à des fins agricoles sur le bassin de la Sèvre niortaise entre dans sa phase de concrétisation. Alors…
Publicité