Aller au contenu principal
Font Size

Festival de l'élevage
L’enthousiasme d’un territoire pour l’élevage

La septième édition du Festival de l’élevage et de la gastronomie réunira à Parthenay 280 parthenaises, 310 moutons vendéens et rouge de l’Ouest, 90 vaches normandes et montbéliardes, 30 chèvres et 25 animaux de races mulassières. Le grand show.

Sept cents animaux, 4 espèces, 13 races feront le spectacle au cours de ces trois jours au marché de Parthenay
Sept cents animaux, 4 espèces, 13 races feront le spectacle au cours de ces trois jours au marché de Parthenay
© C. P.

Dernière ligne droite avant l’ouverture de la septième édition du Festival de l’élevage et de la gastronomie. Ce rendez-vous bisannuel, porté par des associations de race, aura lieu les 20, 21 et 22 septembre prochains (entrée libre). Sept cents animaux, 4 espèces, 13 races feront le spectacle au cours de ces trois jours au marché de Parthenay devant les
12 000 à 15 000 visiteurs attendus. Une animation qui enthousiasme les partenaires. La ville, la communauté de communes, le département, la région, mais également les partenaires économiques du monde agricole.
En Poitou-Charentes, en Deux-Sèvres, en Gâtine, à Parthenay, l’élevage est un pan essentiel de la vie économique. « Le Festival de l’élevage et de la gastronomie est une vitrine. Ici, au cœur du marché, pendant trois jours, les convaincus que sont les éleveurs vont démontrer en quoi l’agriculture est essentielle à notre territoire », commente Xavier Argenton maire de Parthenay.
La Gâtine, terre d’élevage, a son abattoir, son atelier de transformation. « Nous croyons en l’avenir des productions agricoles », affirme l’élu local emballé par le thème transversal développé par l’Odasea, service de la chambre d’agriculture. Le pôle installation /transmission des exploitations agricoles prendra la forme d’espaces de rencontres. Dès 2014, le nombre des départs à la retraite va s’accélérer. De la reprise des outils dans les cinq ans à venir dépendra le dynamisme économique de l’agriculture. Espaces de rencontres entre cédants et porteurs de projets, mini conférences autour des problématiques de la transmission seront tout au long du festival l’occasion d’agir en faveur du maintien des moyens de production. Un enjeu de taille.

A lire, un dossier de 5 pages dans Agri79

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité